"Gilets jaunes" : les régions gagnées par la violence

Paris n'a pas été la seule ville touchée par les heurts samedi 1er décembre. Reportage en régions.

France 3

Dimanche 2 décembre, le Vieux-Port de Marseille dans les Bouches-du-Rhône s'est réveillé sous un amas de tôle. Des matériels de chantier et du mobilier urbain ont été détruits la veille, en marge des contestations des "gilets jaunes". Si les Marseillais interrogés soutiennent le combat, ils n'approuvent pas la méthode. À Calais, dans le Pas-de-Calais, les casseurs ont mis le feu à plusieurs véhicules et deux stations-service ont été vandalisées. Du jamais vu pour cette ville de 60 000 habitants.

La préfecture de Haute-Loire incendiée

Dimanche 2 décembre, les habitants du Puy-en-Velay en Haute-Loire ont vu leur préfecture dévastée par les flammes. Un lieu symbolique et une consternation totale des riverains. En Gironde à Bordeaux, CRS et "gilets jaunes" ont échangé projectiles et grenades lacrymogènes, sept personnes ont été blessées. À Narbonne dans l'Aude, une voiture-bélier en flamme a foncé sur une barrière de péage. Loin des images de violences, les mobilisations se poursuivent dimanche 2 décembre partout en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants à Toulouse (Haute-Garonne), le 2 décembre 2018.
Des manifestants à Toulouse (Haute-Garonne), le 2 décembre 2018. (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)