"Gilets jaunes" : les profils divers et variés des casseurs

À Paris, environ deux tiers des 372 personnes en garde à vue seront déférés. Il y a des casseurs classiques venus des extrêmes, mais la grande majorité des personnes interpellées sont des trentenaires venus de toute la France décidés à en découdre.

Voir la vidéo
France 3

Des étudiants, des infirmiers, des artisans pas forcément politisés, mais auteurs de violences sans précédent, selon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, qui a décrit dimanche 2 décembre le profil des 412 personnes interpellées dans la capitale : "Ce sont beaucoup d'hommes de 30 à 40 ans souvent venus de province, souvent insérés socialement, venus en découdre".

Bagarre entre "gilets jaunes"

Parmi les manifestants aguerris, des groupuscules politiques d'extrême droite et d'extrême gauche ont cassé ensemble, mais en plein cœur de la manifestation des "gilets jaunes", une figure du nationalisme a été prise à partie par des antifascistes alors qu'ils portaient tous le même gilet. En fin de manifestation, ce sont de jeunes banlieusards qui ont encore grossi le mouvement afin de profiter des pillages.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants à Toulouse (Haute-Garonne), le 2 décembre 2018.
Des manifestants à Toulouse (Haute-Garonne), le 2 décembre 2018. (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)