"Gilets jaunes" : les entreprises feront-elles aussi un effort ?

Les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations salariales et défiscalisées. Emmanuel Macron encourage également les entreprises à verser une prime. Mais combien d'entre elles le feront ? 

FRANCE 2

190 salariés, ouvriers, géomètres ou chefs de projet travaillent chez Gexpertise, une entreprise du bâtiment. Les salaires varient du smic à 7 000 € brut par mois. Pour les employés, une prime exonérée d'impôts, ce n'est pas suffisant, car ce n'est pas pérenne. La direction ne sait pas encore si elle sera en mesure de verser une prime. Tout dépendra du bilan 2018 de l'entreprise. "C'est un outil et un dispositif dont nous souhaiterions pouvoir être utilisateurs. En cette fin d'année, c'est peut-être difficile parce qu'on est très court par rapport aux délais", détaille Isabelle Gommard, la directrice des ressources humaines.

Les heures supplémentaires, une mesure intéressante

Certains salariés de Gexpertise font de temps en temps des heures supplémentaires. Ne pas être imposé est une bonne nouvelle et pour le patron être exonéré de charges permettra plus de souplesse. "On va regarder cela avec attention", annonce Éric Malenfer, le PDG. L'entreprise fait ses comptes et espère bien, grâce à ces mesures, redonner un peu de pouvoir d'achat à tous ces salariés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron a demandé aux employeurs volontaires, le 10 décembre 2018, de verser une prime exceptionnelle de fin d\'année à leurs salariés.
Emmanuel Macron a demandé aux employeurs volontaires, le 10 décembre 2018, de verser une prime exceptionnelle de fin d'année à leurs salariés. (MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA-ZENTRALBILD / AFP)