"Gilets jaunes" : le point sur la mobilisation de ce samedi, région par région

Plusieurs cortèges de "gilets jaunes" ont défilé samedi 14 septembre un peu partout en France. 

Des \"gilets jaunes\" manifestent à Pau lors de l\'inauguration de la foire par François Bayrou, maire de la ville, et Bruno Le Maire, ministre de l\'Economie, le 14 septembre 2019
Des "gilets jaunes" manifestent à Pau lors de l'inauguration de la foire par François Bayrou, maire de la ville, et Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 14 septembre 2019 (QUENTIN TOP / MAXPPP)

>> Suivez notre direct sur ce nouveau samedi de mobilisation des "gilets jaunes"

Pays de la Loire

À Nantes, la manifestation des "gilets jaunes" s'est terminée vers 20 heures samedi soir, selon la police nationale de Loire-Atlantique. Au total, 35 personnes ont été interpellées. Trois policiers et deux gendarmes ont été blessés. 1 800 manifestants ont défilé au plus fort du rassemblement, selon les autorités. La maire de Nantes, Johanna Rolland a "condamné" sur Twitter les dégradations et "actes de ceux dont le seul objectif est de casser". "Nantes souhaite vivre autre chose et ne veut plus de samedis d'affrontements dans son centre-ville", a-t-elle réagi.

Un appel national à manifester avait été lancé. Des tensions entre les forces de l'ordre et les manifestants ont été enregistrées. La police de Loire-Atlantique a annoncé dans la matinée avoir découvert 22 cocktails Molotov en préparation dans un conteneur poubelle, des bombes agricoles abandonnées au Jardin des Plantes.
Une centaine de parapluies ont également été saisis. Ces parapluies permettant aux Black Blocs de "changer de tenues vestimentaires", a expliqué la police nationale sur Twitter qui a ajouté que le cortège "dispersé en groupes épars", rendait difficile les interventions. Un gendarme a été blessé, a également indiqué également la police.

Île-de-France

Dans la capitale, environ 500 personnes, encadrées par des forces de l'ordre en nombre, ont défilé dans le calme entre la porte de Choisy et le boulevard de Grenelle, près de la Tour Eiffel, où elles se sont dispersées dans l'après-midi.

À l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), une centaine de "gilets jaunes" ont manifesté en début d'après-midi contre la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

Grand Est

Deux personnes ont été interpellées pour "outrage" et "rébellion" à Nancy où des "gilets jaunes" du Grand Est s'étaient donnés rendez-vous. Le parcours a été respecté mais le climat était tendu avec les forces de l'ordre. Trois manifestants ont été légèrement blessés. Ils auraient été atteints par des jets de canettes et de pierres destinés aux forces de l'ordre, indique la préfecture de Meurthe-et-Moselle. 700 manifestants étaient rassemblés, alors que les organisateurs attendaient entre 2 000 à 3 000 personnes, selon France Bleu Sud Lorraine et France Bleu Lorraine Nord.

Occitanie

À Pau, quelques échauffourées entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre ont eu lieu, indique France Bleu Béarn. Plusieurs manifestants ont reçu du gaz lacrymogène alors que le ministre de l'économie Bruno Le Maire était attendu à la Foire de Pau.

À Perpignan, une quarantaine de "gilets jaunes" se sont invités au festival de photojournalisme Visa pour l'image ce samedi. Ils ont manifesté pacifiquement à l'intérieur du couvent des Minimes rapporte France Bleu Roussillon.

Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Toulouse.

Nouvelle-Aquitaine

À Châtellerault, dans la Vienne, 200 personnes se sont réunies près du rond-point dit "de la Main jaune". 

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Bordeaux.

Auvergne-Rhône-Alpes

À Lyon, quelques centaines de personnes se sont réunies malgré l'interdiction de manifester. Le cortège a été repoussé à l'extérieur du cœur de la ville par des forces de l'ordre en nombre et a dégrossi au fil des heures. La préfecture dénombre 11 interpellations pour "attroupements illégaux en vue de commettre une infraction et port d'armes illégal". Il y a eu des conséquences sur la circulation. Le tunnel de Fourvière en direction de Marseille a été fermé afin de limiter l'afflux vers Lyon.