"Gilets jaunes" : le maire du 13e arrondissement de Paris Jérôme Coumet en colère

"Pourquoi avoir autorisé une manifestation place d'Italie malgré mes alertes ?", s'est demandé Jérôme Coumet, le maire du 13e arrondissement de Paris, où les heurts pour l'anniversaire des "gilets jaunes" ont eu lieu samedi 16 novembre.

FRANCEINFO

"J'avais alerté sur les trois gros chantiers place d'Italie en totale rénovation. Elle devait être livrée au mois de décembre. C'est très difficile à sécuriser. Nous avions sécurisé comme nous le pouvions l'ensemble de ces chantiers, mais ça a servi de projectiles évidemment. Ça m'a hérissé", explique samedi 16 novembre, agacé, le maire du 13e arrondissement de Paris, joint au téléphone par franceinfo après la violente manifestation pour l'anniversaire du mouvement des "gilets jaunes".

"Exaspérant"

"Ce qui m'a mis vraiment en colère, c'est de voir tous ces casseurs qui n'étaient pas là pour revendiquer, qui étaient là pour casser, pour s'en prendre aux forces de l'ordre, aux pompiers", poursuit le socialiste Jérôme Coumet.

"Le mobilier urbain, c'est une arme et c'est un coût. Les casseurs s'en servent en le démontant comme projectiles, mais c'est surtout un coût pour la collectivité. Ça fait un an qu'il y a des dépenses énormes pour nettoyer, racheter. Tout ça est exaspérant. Les commerces souffrent. Je ne suis pas contre les manifestations, quand il y a des revendications claires, et ce n'était pas le cas aujourd'hui", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un CRS participe au démontage d\'une barricade, le 16 novembre 2019, place d\'Italie, à Paris.
Un CRS participe au démontage d'une barricade, le 16 novembre 2019, place d'Italie, à Paris. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)