"Gilets jaunes" : le maire de Bordeaux appelle à une "ville morte"

Pour la 20e journée de rassemblement des "gilets jaunes", plusieurs villes ont pris des mesures, comme la semaine dernière. C'est le cas notamment à Bordeaux (Gironde).

FRANCE 2

Le maire de la ville de Bordeaux (Gironde) a été clair vendredi 29 mars. Nicolas Florian a demandé aux habitants et commerçants de rester chez eux. "Le nouveau maire de Bordeaux a même utilisé des mots forts, explique David Basier, en direct de la ville. Il appelle à une 'ville morte' puisque demain (samedi 30 mars), il redoute que la journée soit apocalyptique".

300 casseurs attendus à Bordeaux

Le journaliste ajoute que d'après une note des renseignements territoriaux, "la police redoute la présence de plusieurs centaines de casseurs". "Nos informations nous disent à peu près 300 casseurs, poursuit-il. La préfecture a donc décidé de renforcer son dispositif de sécurité et le périmètre où il est interdit de manifester a été sensiblement élargi. Pour les 'gilets jaunes', c'est sûr, Bordeaux sera un lieu de rassemblement demain puisque plusieurs figures du mouvement, comme Éric Drouet ou Jérôme Rodriguez, ont annoncé leur possible présence ici, en plus des appels à manifester sur les réseaux sociaux", conclut David Basier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" défilent à Bordeaux, le 9 mars 2019.
Des "gilets jaunes" défilent à Bordeaux, le 9 mars 2019. (GEORGES GOBET / AFP)