"Gilets jaunes" : le grand débat national s’organise

Emmanuel Macron prépare sa lettre aux Français, qui doit lancer le grand débat national. Ensuite, ce sera aux maires de mener les discussions dans leur commune.

France 3

Joseph Carles, le maire de Blagnac (Haute-Garonne), a déjà reçu de nombreuses doléances, référence explicite à 1789. Dans ce cahier des doléances reviennent presque toujours les mêmes demandes. "Augmentation des pensions de retraite, suppression de la CSG, rétablir l'ISF, abolir les 80 km/h et repasser à 90", liste-t-il. Joseph Carles a déjà prévu l'endroit où se déroulera, dans sa commune, le grand débat : une salle de 200 personnes. Tout sera prêt pour la mi-janvier, au moment où doit débuter la grande consultation.

Un référendum post-débat ?

Le gouvernement a confié l'organisation à l'ancienne ministre de l'Environnement Chantal Jouanno. Les communes volontaires feront remonter des contributions à des garants, chargés à leur tour de les synthétiser pour en faire des propositions concrètes au plan national. Quatre grands thèmes ont pour l'instant été retenus : transition écologique, fiscalité, démocratie et citoyenneté et la réforme de l'État. Les "gilets jaunes" viendront-ils dans ces débats ? Rien n'est moins sûr. Après le débat, certains députés évoquent l'idée d'un référendum.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme vote dans un bureau de Nouméa lors du référendum concernant l\'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dimanche 4 novembre 2018.
Une femme vote dans un bureau de Nouméa lors du référendum concernant l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dimanche 4 novembre 2018. (THEO ROUBY / AFP)