"Gilets jaunes" : le boxeur Christophe Dettinger et ses victimes s'expliquent

Un boxeur, qui a frappé des forces de l'ordre, s'est rendu à la police lundi 7 janvier, expliquant avoir perdu ses nerfs. Plusieurs gendarmes dénoncent des gestes destinés à les blesser.

France 3

Samedi 5 janvier, Christophe Dettinger franchit une rambarde. Poings levés, il frappe. Ses coups sont précis et font reculer les gendarmes mobiles. L'homme de 1,91 m, âgé de 37 ans, est un ancien boxeur professionnel. Champion de France de sa catégorie de 2007 à 2009, il était activement recherché depuis samedi 5 janvier dernier. Il s'est rendu lundi 7 janvier matin après avoir diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il justifie son geste.

Violences préméditées ?

Les deux gendarmes blessés par Christophe Dettinger ont accepté cet après-midi de donner leur version à France 3. Selon eux, le boxeur n'était pas menacé. Son but était de s'en prendre à l'uniforme. Son collègue, blessé au bras, a lui aussi essuyé les coups du boxeur alors qu'il était à terre. Christophe Dettinger a été placé en garde à vue. Il est ce soir toujours entendu par les enquêteurs. L'agent territorial encourt jusqu'à cinq ans de prison pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ancien boxeur, Christophe Dettinger, frappe un gendarme mobile lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 5 janvier 2018.
Un ancien boxeur, Christophe Dettinger, frappe un gendarme mobile lors d'une manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 5 janvier 2018. (ANTONI LALLICAN / HANS LUCAS / AFP)