"Gilets jaunes" : la peine de mort, le droit à l'IVG et le mariage pour tous "ne seront pas sur la table" du "grand débat national", annonce Benjamin Griveaux

Ce débat débouchera sur des réalisations concrètes "d'ici la mi-avril", s'est avancé le porte-parole du gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux lors de la sortie du Conseil des ministres, le 19 décembre 2018 à Paris.
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux lors de la sortie du Conseil des ministres, le 19 décembre 2018 à Paris. (MAXPPP)

"On ne tergiversera pas sur les valeurs." Invité de BFMTV mardi 8 janvier, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a annnoncé que ni le droit à l'interruption volontaire de grossesse, ni l'interdiction de la peine de mort, ni le mariage pour tous ne "seront sur la table" du "grand débat national" annoncé par Emmanuel Macron en réponse à la crise des "gilets jaunes".

Le ministre a indiqué que cette consultation porterait sur "les quatre thèmes qui ont été identifiés : la transition écologique, l'organisation des services publics (...), la fiscalité" et les questions démocratiques. Ce débat débouchera sur des réalisations concrètes "d'ici la mi-avril", s'est enfin avancé Benjamin Griveaux.

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a défendu mardi l'idée de référendums d'initiative citoyenne (RIC) sur "tous les sujets", y compris la peine de mort et le mariage pour tous, avant de préciser qu'il ne fallait pas remettre en cause "des droits fondamentaux".