"Gilets jaunes" : la motion de censure de gauche sera débattue jeudi à l'Assemblée nationale

Pour faire tomber le gouvernement, il lui faudrait réunir une majorité. Impossible au vu du contingent de la gauche – 62 élus au total – par rapport aux 577 députés que compte l'Assemblée.

A l\'Assemblée nationale, à Paris, le 11 décembre 2018.
A l'Assemblée nationale, à Paris, le 11 décembre 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

La gauche a déposé une motion de censure contre le gouvernement pour sa politique dans la crise des "gilets jaunes". En application de l'article 49-2 de la Constitution, qui impose un délai minimal de 48 heures après le dépôt d'une motion, celle-ci sera débattue jeudi 13 décembre à partir de 16h30 puis soumise au vote des députés, ont indiqué des sources parlementaires. Pour faire tomber Edouard Philippe, il lui faudrait réunir une majorité, ce qui est impossible au vu du contingent de la gauche (62 élus au total) par rapport aux 577 députés que compte l'Assemblée.

Dans leur motion de censure, les élus communistes, insoumis et socialistes affirment partager la "première revendication" du mouvement des "gilets jaunes" : "Le refus de la politique sociale et fiscale injuste conduite depuis dix-huit mois", tout en estimant que "la violence n'est jamais la solution". Pour ces députés, il est nécessaire de "changer radicalement de cap", soulignant que ce n'est "pas seulement le sort du gouvernement qui est en jeu", mais "la paix civile et sociale" du pays.