VIDEO. "On a peur des violences policières" : après trois mois de mobilisation, des "gilets jaunes" tentent de renouveler leur engagement

Trombinoscope des mobilisations des "gilets jaunes", qui expriment leur mécontentement de manière bien différentes.

FRANCE 3

Ils ne sont certes pas très nombreux, mais toujours motivés. Ce groupe de marcheurs "gilets jaunes" ont décidé de quitter Le Grau-du-Roi (Gard). Revendications en bandoulière, ils comptent rejoindre Paris à pied, en un mois. "C'est une autre forme de résistance", explique une manifestante. Concerts improvisés sur des poubelles sur ce rond-point de Colomiers, près de Toulouse (Haute-Garonne), certains "gilets jaunes" ne souhaitent plus se rendre dans les manifestations du centre-ville, alors ils renouent avec les actions du début : blocages, barrages filtrants aux ronds-points et distribution de tracts.

"On a peur des violences policières"

"On bloque des gens qui n'ont rien demandé donc on a bien compris que ça gênait (...) surtout on a peur des violences policières", reconnait une "gilet jaune". Une crainte qui n'a cependant pas entamé la détermination du groupe de "gilets jaunes" de Pontivy (Morbihan), où ils étaient une centaine à manifester dans le calme.

Après trois mois de manifestations, beaucoup s'interrogent sur leur manière de renouveler leur combat. "On essaye d'être calme", dit une femme qui défile dans un cortège. "Bien sûr qu'on est fatigué mais c'est pas pour autant qu'on va lâcher. Je ne vais pas lâcher au bout de trois mois de combat. Ça veut dire quoi, qu'on abdique ?", lance une manifestante.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation de \"gilets jaunes\", à Lyon, le samedi 9 février 2019.
Manifestation de "gilets jaunes", à Lyon, le samedi 9 février 2019. (ALEX MARTIN / AFP)