"Gilets jaunes" : la mairie de Paris organise son propre débat

Une consultation citoyenne était organisée vendredi à l'hôtel de ville de Paris. Les contributions seront transmises au gouvernement, dans le cadre du grand débat national.

L\'hôtel de ville de Paris, le 15 novembre 2017.
L'hôtel de ville de Paris, le 15 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

En parallèle du grand débat national d’Emmanuel Macron et en réaction au mouvement des "gilets jaunes", la mairie de Paris a organisé vendredi 25 janvier une consultation citoyenne, baptisée "12 heures d’expression libre". De midi et jusqu’à minuit, par tranche de deux heures, les 900 participants inscrits ont chacun deux minutes chrono pour s’exprimer, pas une de plus.

Pour respecter la contrainte, Sylvie, retraitée, profite de la file d’attente devant l’hôtel de ville pour relire sa fiche manuscrite et s’assurer ainsi d’être dans les temps : "Réduction du nombre de parlementaires au Sénat et à l'Assemblée nationale, introduction de la proportionnelle, réhabilitation des petites lignes ferroviaires, baisse de la CSG, optimisation du budget de l'Élysée..."

Il faut faire en sorte que les gens comprennent davantage les taxes, peut-être plus de pédagogie, expliquer à quoi servent nos impôts, c'est important, on ne l'entend pas assez.Mathilde, une participanteà franceinfo

Juste à côté, Mathilde, elle, n’a pas minuté son intervention : "J'ai mal lu le mail, je pense. Du coup je vais essayer de me préparer là." Si elle comprend les "gilets jaunes", elle veut aussi tempérer leurs revendications, notamment sur la fiscalité. "Moi j'aime les taxes, j'aime le fait qu'on ait un service public qui fonctionne, je trouve que c'est important de le dire aussi parce qu'on crache beaucoup sur les taxes, mais n'empêche qu'en France, on peut être soigné gratuitement."

À l’intérieur, la cinquantaine de participants prend place dans l’hémicycle où se tient habituellement le Conseil de Paris. Chacun leur tour, ils prennent la parole, immédiatement rappelés à l’ordre s’ils dépassent le temps imparti. Sur un des sièges, François, lui, attend son tour : "Je vais essayer de poser une contribution d'ordre général qui sera sur la réforme de la Cour des comptes."

Deux minutes de prise de parole, c'est pas mal, on peut dire beaucoup de choses si on prend le temps de synthétiser sa pensée avant.François, un participantà franceinfo

Regroupées par thème, toutes ces contributions seront transmises au gouvernement. Mais elles ne suivent pas le questionnaire du grand débat, voulu par Emmanuel Macron, explique Pauline Véron, l’adjointe au maire en charge de la démocratie locale : "Forcément, quand on pose une question, on oriente un peu les choses. Donc en permettant aux Parisiens de s'exprimer totalement librement, ça va peut-être amener des sujets, des questions et des réponses."

Pour les Parisiens qui n’ont pas eu le temps de passer dans la salle du Conseil, la mairie a également mis en place un vidéomaton pour que chacun puisse, à sa façon donc, participer à cette consultation citoyenne.

Consultation citoyenne à Paris - Reportage de Matthieu Mondoloni
--'--
--'--