"Gilets jaunes" : la fermeté du gouvernement ne démobilise pas les manifestants

Si Édouard Philippe a annoncé un durcissement du ton envers les casseurs, la base des "gilets jaunes" dénonce un amalgame avec les manifestants pacifistes.

FRANCE 2

Le gouvernement veut durcir le ton face aux casseurs, et en plus des mesures annoncées, il y aura 80 000 hommes mobilisés à travers la France lors des manifestations du samedi 12 janvier prochain. Sur un rond-point près de Caen (Calvados), les "gilets jaunes" restent mobilisés malgré les annonces. "Plus ils vont nous mépriser dans des réponses comme hier soir [lundi 7 janvier], plus ça nous motive", assure l'un d'eux. Surtout, ces femmes et ces hommes dénoncent un amalgame avec les casseurs.

"Il veut discréditer le mouvement"

"On est face à quelqu'un qui pointe sur la majorité des 'gilets jaunes'. On est des milliers à défiler le samedi matin, on est des milliers toute la semaine, ça se passe très bien", relève-t-il. "C'est surtout du pouvoir d'achat qu'il faut. Mais il n'a même pas fait allusion à ça. Il ne parle que de répression, que de casseurs, il veut discréditer le mouvement", se plaint un "gilet jaune".

Le JT
Les autres sujets du JT
Edouard Philippe, le 24 décembre 2018 devant la préfecture de polce de Paris.
Edouard Philippe, le 24 décembre 2018 devant la préfecture de polce de Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)