"Gilets jaunes" : l'ancien boxeur Christophe Dettinger condamné à un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté

L'ex-boxeur était jugé à Paris pour avoir violemment frappé deux gendarmes début janvier, en marge d'une manifestation des "giles jaunes". Il a été condamné à un an de prison ferme et à 18 mois de prison avec sursis. 

L\'ex-boxeur Christophe Dettinger lors de son procès, le 13 février 2019, à Paris.
L'ex-boxeur Christophe Dettinger lors de son procès, le 13 février 2019, à Paris. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Christophe Dettinger a été condamné à un an de prison ferme et à 18 mois de prison avec sursis. L'ex-boxeur professionnel était jugé à Paris pour avoir violemment frappé deux gendarmes début janvier, en marge du huitième samedi de mobilisation des "gilets jaunes"Il va être maintenu en détention, mais sa peine de prison ferme pourra être aménageable.

"M. Dettinger, cela veut dire que ce soir vous dormez en prison. D'ici cinq jours, vous passerez devant le juge d'application des peines d'Evry, qui va mettre en place un régime de semi-liberté : vous dormirez en prison, mais vous pourrez continuer à travailler", a expliqué la présidente du tribunal. L'ex-boxeur a également interdiction de se rendre à Paris pendant six mois.

"On t'aime Christophe"

Le procureur avait requis trois ans dont un de sursis avec mise à l'épreuve et demandé le maintien en détention du prévenu, pour un geste d'une "violence inouïe" contre deux gendarmes, dont l'un s'est vu prescrire 2 jours d'ITT et l'autre n'a toujours pas repris le travail, après 40 jours.

L'audience avait démarré avec la projection de vidéos des faits. Sur les images, ce père de famille de 37 ans, fonctionnaire territorial en Essonne, frappe un gendarme au sol puis assène une série de coups de poing à un gendarme sur une passerelle surplombant la Seine.

A la fin de l'audience, après l'annonce de la décisions, des soutiens de l'ex-boxeur lui ont adressé des mots d'encouragement : "On t'aime Christophe, ça va passer vite !"