"Gilets jaunes" : l'effigie de Macron décapitée en Charente, la préfecture dénonce "une mise en scène macabre"

Ces faits "portent gravement atteinte tant à la personne qu'à la fonction du président de la République" et sont "susceptibles d'être qualifiés pénalement", précise la préfecture dans un communiqué.

Un \"gilet jaune\" manifeste le 9 décembre 2018 à Angoulême (Charente). 
Un "gilet jaune" manifeste le 9 décembre 2018 à Angoulême (Charente).  (MAXPPP)

Un pantin à l'effigie du président Emmanuel Macron a été décapité, vendredi soir, lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Angoulême (Charente), une "mise en scène macabre" qui a été signalée au parquet d'Angoulême, a annoncé samedi 22 décembre la préfecture de Charente.

Ces faits "portent gravement atteinte tant à la personne qu'à la fonction du président de la République" et sont "susceptibles d'être qualifiés pénalement", précise la préfecture dans un communiqué. C'est la préfète de la Charente, Marie Lajus, qui les a signalés au parquet du tribunal de grande instance d'Angoulême. "Cette manifestation avait fait l'objet d'une déclaration en préfecture, mais le détail de son déroulement n'avait pas été précisé", précise la préfecture.