"Gilets jaunes" : Facebook assure n'avoir "ni créé ni amplifié ce mouvement"

Dans un entretien au "Journal du dimanche", le responsable du géant américain en France affirme que le réseau social "ne favorise aucun mouvement".

Un automobiliste consulte une page Facebook des \"gilets jaunes\", le 29 novembre 2018, à Rennes (Ille-et-Vilaine).
Un automobiliste consulte une page Facebook des "gilets jaunes", le 29 novembre 2018, à Rennes (Ille-et-Vilaine). (MAXPPP)

"Facebook n'a ni créé, ni amplifié" le mouvement des "gilets jaunes", assure Laurent Solly, le responsable du réseau social en France, dans un entretien au Journal du dimanche publié dans son édition du 3 février. Interrogé sur une éventuelle suppression des vidéos complotistes de Maxime Nicolle, l'un des leaders des "gilets jaunes", Laurent Solly affirme que "Facebook n'est pas un censeur" et qu'il considère la liberté d'expression comme "un principe fondamental".

La visibilité des fausses infos "réduite de 80%"

Le responsable français de Facebook qualifie la lutte contre les fausses informations d'"axe d'action et d'investissement majeur" pour le réseau social. "Nos actions nous permettent de réduire de 80% la visibilité de ces infox dans le fil d'actualité des utilisateurs", dit-il, grâce notamment à une collaboration avec "plusieurs médias, dont Le Monde et l'AFP".

Nous ne sommes pas arbitres de la vérité, mais nous devons tout faire pour empêcher que ce qui est faux se répande sur notre service.Laurent Sollydans "Le Journal du dimanche"

Alors que Facebook est régulièrement accusé d'enfermer ses utilisateurs dans une "bulle" avec une faible variété d'opinions, Laurent Solly estime, au contraire, que "Facebook est une formidable fenêtre sur le monde". Il compare la situation à une soirée où "c'est vous qui décidez avec qui vous discutez" "Vous pouvez choisir de parler uniquement avec les gens que vous connaissez, et qui vous ressemblent, ou vous pouvez parler avec de nouvelles personnes car vous êtes curieux, ouvert."