"Gilets jaunes" : Emmanuel Macron a-t-il été à la hauteur ?

Sur le plateau du 13 Heures, la journaliste politique Nathalie Saint-Cricq fait le point sur les mesures annoncées par Emmanuel Macron à la télévision lundi 10 décembre à 20 heures.

FRANCE 2

Lors de son allocution télévisée, lundi 10 décembre à 20 heures, Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures pour calmer la colère des "gilets jaunes". A-t-il été à la hauteur ? "Si l'on reprend les mesures annoncées hier [10 décembre] et celles de la semaine dernière, oui, il a mis le paquet et ciblé sur les faibles revenus. 10 milliards d'euros, ce ne sont pas des miettes", explique la journaliste Nathalie Saint-Cricq sur le plateau de France 2. "Bien sûr (...) après un mois de mouvement hyper médiatisé, on a l'impression qu'on peut faire plier le pouvoir et on n'en a jamais assez ; c'est donc normal qu'ils [les gilets jaunes] ne se disent pas satisfaits", ajoute-t-elle.

L'exécutif attend une réaction positive de l'opinion

"En revanche, ce que joue l'exécutif, c'est que l'opinion publique reconnaisse l'effort fait en termes de pouvoir d'achat, et que les Français considèrent que les 'gilets jaunes' doivent arrêter au moins momentanément leur mouvement. Et puis, également, que les 'gilets jaunes' les plus modérés se mettent au vert", analyse la journaliste. Lors de l'allocution présidentielle, un changement de ton était perceptible. "Honnêtement, ça fait un mois qu'il a commencé à changer de ton, à faire dans chaque discours une forme de mea culpa. Alors hier, je crois qu'il a fait au plus et au mieux de ce qu'il pouvait faire en fonction de son tempérament. Alors, il ne va pas non plus aller se flageller en place publique en disant qu'il est un affreux, comme le demandent certains, en s'excusant non-stop. Je crois qu'il a fait le job. Il faudrait juste que cela dure", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, le 10 décembre 2018, lors d\'une allocution depuis l\'Elysée (Paris).
Emmanuel Macron, le 10 décembre 2018, lors d'une allocution depuis l'Elysée (Paris). (LUDOVIC MARIN / AFP)