"Gilets jaunes" : des cahiers de doléances dans les mairies des petites communes

Les maires des communes de moins de 3 500 habitants recueillent, samedi 8 décembre, les doléances des habitants.

France 2

Samedi 8 décembre, à Bernaville (Somme), un couple de "gilets jaunes" a décidé de pousser la porte de la mairie pour faire part de ses doléances. Bientôt retraités, ils craignent de ne pas pouvoir boucler leurs fins de mois. "Comment voulez-vous qu'on y arrive avec une retraite de 900 euros à joindre les deux bouts, c'est pas possible", s'inquiète la femme. "Il y a quelque chose qui va pas, c'est aberrant", insiste-t-elle. Même chose à Méricourt, petite commune des Yvelines de 400 habitants. Claude Machilacq vient se plaindre de la réforme de la CSG qui la prive, selon elle, de 800 euros par an. "J'espère qu'on va être entendus", confie-t-elle.

Renouer le lien avec les citoyens

Comme partout en France, à Rosoy (Yonne), Dominique Chapuis tient sa mairie ouverte. Pour elle, les cahiers de doléances en mairie peuvent servir à exprimer une colère. Cette élue locale veut renouer le lien de confiance avec les citoyens. Comme elle, plus de 10 000 communes rurales tiennent leurs portes ouvertes dimanche soir.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Marseille, ce manifestant brandit une pancarte \"Macron, nourris ton peuple\".
A Marseille, ce manifestant brandit une pancarte "Macron, nourris ton peuple". (BORIS HORVAT / AFP)