"Gilets jaunes" : Castaner défend le dispositif policier et ses choix devant l'Assemblée

Le ministre de l'Intérieur et son secrétaire d'État étaient auditionnés à l'Assemblée nationale lundi 3 décembre sur le dispositif policier mis en place lors des violences de samedi à Paris. Ils seront entendus par le Sénat mardi.

France 3

Christophe Castaner s'est justifié dans ses choix du dispositif policer de samedi 1er décembre à Paris, à commencer par la décision de bloquer l'accès aux Champs-Élysées, ce qui a provoqué des échauffourées à l'Arc de Triomphe. Il a fait ce choix parce qu'il était très difficile de gérer les 24 points d'accès à l'avenue.

Danger de mort pour les CRS

Concernant les violences, il ne reproche pas aux forces de l'ordre d'avoir reculé parce qu'à ce moment-là il en allait de leur vie. Il a rappelé qu'ils ont aussi repris le site après avoir reculé à six reprises. Le ministre de l'Intérieur évoque la présence de 3 à 5 000 personnes dans une logique de casseurs. Il ne remet pas en question ses choix et se dit prêt à revoir la doctrine sécuritaire, peut-être pour les prochaines manifestations, conclut la journaliste Justine Sagot depuis l'Assemblée nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur Christophe Castaner (droite) et le secrétaire d\'Etat à l\'Intérieur Laurent Nuñez (gauche) à l\'Assemblée nationale le 3 décembre 2018. 
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner (droite) et le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez (gauche) à l'Assemblée nationale le 3 décembre 2018.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)