"Gilets jaunes" : à Bordeaux, un vidéaste s'équipe d'un bouclier antiémeutes pour éviter les tirs de projectiles dans les manifestations

Le vidéaste indépendant Krishanorpoo Brun, qui se présente comme journaliste, a expérimenté ce dispositif samedi 12 janvier et pense le réutiliser lors de la dixième journée de mobilisation. 

Des gendarmes à Bordeaux (Gironde), lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\", le 12 janvier 2019.
Des gendarmes à Bordeaux (Gironde), lors d'une manifestation des "gilets jaunes", le 12 janvier 2019. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

L'image semble venir tout droit d'un théâtre de guerre. Trois individus munis d'un casque et d'un masque à gaz et équipés de caméras progressent dans une rue derrière un bouclier noir sur lequel figure, en blanc, le mot "press". La scène s'est déroulée à Bordeaux (Gironde), samedi 12 janvier, lors de la neuvième journée de mobilisation des "gilets jaunes" et a été captée par une journaliste, qui a posté les images sur Twitter.  

Cette vidéo a fait réagir sur le réseau social. Plusieurs internautes se sont interrogés sur la nécessité d'un tel équipement. Vérifications faites par franceinfo, la personne qui tient le bouclier est Krishanorpoo Brun, un vidéaste indépendant qui se présente comme journaliste, accompagné de deux autres confrères.

"Une prudence nécessaire"

Cet homme âgé de 38 ans affirme avoir travaillé dans l'armée française avant de se reconvertir comme reporter photographe de guerre à l'étranger. Il explique à franceinfo couvrir le mouvement des "gilets jaunes" à Bordeaux depuis le début et avoir contacté Amnesty International pour leur proposer de documenter "les dérapages" observés de part et d'autre. L'ONG confirme un échange avec le vidéaste à ce sujet.

Lors des premières manifestations à Bordeaux, il était équipé d'un casque et d'un masque de protection, comme la plupart des journalistes. Krishanorpoo Brun affirme qu'il a essuyé avec son équipe plusieurs tirs de projectiles venant des rangs des manifestants et des tirs de flash-ball "dans les jambes" provenant des forces de l'ordre. C'est pour cette raison qu'il dit avoir décidé d'acheter en ligne ce bouclier, en vente libre, qu'il a personnalisé en inscrivant le dessus le mot "press". 

Stéphanie Roy, qui a filmé Krishanorpoo Brun avec son bouclier, confirme à franceinfo que la manifestation précédente à Bordeaux était particulièrement violente. "Je comprends qu'il ait pris cet équipement, confie la journaliste. Même si le samedi 12 janvier, ce n'était pas la manifestation la plus violente, il y a eu pas mal de tirs de flash-ball et des grenades de désencerclement. J'ai d'ailleurs dû à un moment me cacher derrière des poteaux."

"Je me suis renseigné et aucun texte de loi n'interdit le port par un journaliste de cet élément de protection et de défense – d'ordinaire réservé aux CRS ou gendarmes mobiles – dans une manifestation", précise Krishanorpoo Brun. "Non seulement il a le droit de porter ce bouclier mais c'est une prudence nécessaire vu la manière dont ses collègues ont été traités", confirme auprès de franceinfo l'avocat Jérémie Assous, qui représente plusieurs journalistes ayant porté plainte contre les forces de l'ordre après avoir été blessés.

"Tout le monde nous a foutu la paix"

Selon Krishanorpoo Brun, cet équipement a permis à l'équipe de filmer "beaucoup plus sereinement" et n'a suscité que quelques questions du côté des "gilets jaunes". Quant aux forces de l'ordre, elles n'ont pas confisqué le matériel. "Les CRS ont même pris soin de ne pas nous viser lorsqu'ils ont utilisé le canon à eau, témoigne le vidéaste. Le bouclier était dissuasif. Tout le monde nous a foutu la paix."

"Si cette personne faisait son travail pacifiquement, les forces de l'ordre n'avaient aucune raison d'aller lui chercher des poux dans la tête" en raison de l'usage de ce bouclier, estime le service communication de la police nationale, sollicité par franceinfo. Quant à la dixième journée de mobilisation, prévue samedi, Krishanorpoo Brun pense réitérer l'expérience.