Européennes : "Lorsque les Français auront conscience du programme de Marine Le Pen, ils feront un grand pas en arrière"

Laurence Sailliet, porte-parole des Républicains (LR), réagissait au sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo publié vendredi qui donne 24% des intentions de vote au Rassemblement national aux prochaines élections européennes.

Laurence Saillet, porte-parole du parti Les Républicains.
Laurence Saillet, porte-parole du parti Les Républicains. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Invitée de franceinfo samedi 22 décembre, Laurence Sailliet, porte-parole des Républicains (LR), est revenue sur les mauvais résultats obtenus par son parti dans un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo publié vendredi. Derrière le RN donné largement en tête avec 24% des intentions de votes, et derrière La République en marche créditée de 19% des intentions de vote, le parti Les Républicains n'est crédité que de 8%, en baisse de six points en trois mois.

Quand la campagne des européennes va démarrer, nous allons présenter notre projet européen, qui n'est pas un projet fédéraliste comme celui d'Emmanuel Macron, ni un projet de repli sur soi comme celui de Marine Le Pen.Laurence Sailliet, porte-parole des Républicainsà franceinfo

Laurence Sailliet espère que les Français, "lorsqu'ils auront conscience du programme proposé par Marine Le Pen, feront un grand pas en arrière (...) Quand Marine Le Pen expliquera aux Français que le Front national (sic) veut que la France sorte de l'Union européenne et sorte de l'euro, nous verrons bien comment évoluent les choses", a-t-elle détaillé.

Une attitude "raisonnable" face au mouvement des "gilets jaunes"

Laurence Saillet "assume" par ailleurs la position qui a été celle des Républicains au début du mouvement des "gilets jaunes" : "Il y avait deux attitudes possibles : soit une attitude - et c'est ce qu'ont fait Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, d'agiter le chiffon rouge et d'amener la France dans le chaos, ce que nous avons choisi de ne pas faire", ou avoir "une attitude raisonnable, car ce qui compte, avant tout, c'est l'ordre républicain". La porte-parole LR tient aussi à souligner que son parti a "soutenu un très grand nombre de revendications des 'gilets jaunes'", même s'il n'a "jamais appelé, ni à manifester, ni à un quelconque blocage".

Laurence Sailliet a également défendu le président de son parti, Laurent Wauquiez, critiqué pour avoir tardé à prendre position sur le mouvement des "gilets jaunes". "Je trouve que ces accusations sont très polémiques. Qu'on mette 24 heures à réagir sur un sujet important lorsqu'on est président d'un parti politique, oui c'est quelque chose de normal. Qu'on attende la décision d'un bureau politique que nous avons convoqué pour prendre une position, oui, c'est normal", a-t-elle expliqué.