Emmanuel Macron a-t-il vraiment aidé les Français qui l'avaient interpellé lors de ses déplacements ?

De nombreux citoyens ont profité d'une visite du chef de l'Etat près de chez eux pour solliciter son aide. Franceinfo a retrouvé certains d'entre eux pour savoir s'il avait tenu parole.

Un retraité de Saint-Sozy (Lot) interpelle Emmanuel Macron à l\'occasion de sa visite dans le cadre du grand débat national, le 18 janvier 2019.
Un retraité de Saint-Sozy (Lot) interpelle Emmanuel Macron à l'occasion de sa visite dans le cadre du grand débat national, le 18 janvier 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Au milieu de la nuée de micros et de caméras, un jeune homme, vêtu d'un sweat à capuche noir à la gloire du rappeur Alkpote, qui a grandi dans le quartier des Pyramides, s'approche d'Emmanuel Macron. Yahya, 18 ans, profite de la visite présidentielle à Evry-Courcouronnes (Essonne), le 4 février, pour demander de l'aide au chef de l'Etat. "Je recherche du travail pour être mécanicien", explique-t-il. "Dans le secteur que vous demandez, il y a des emplois", lui répond le président. "J'ai pas trouvé. J'ai cherché partout", insiste Yahya. "On va prendre vos coordonnées. Comme ça, je vous assure, on va trouver", promet Emmanuel Macron. Une poignée de mains scelle l'échange. "Je connais la suite, je ne serai jamais rappelé", glisse le jeune homme, peu optimiste, au Parisien.

Comme Yahya, de nombreux citoyens ont profité d'un déplacement d'Emmanuel Macron près de chez eux pour solliciter son intervention en leur faveur. Quand le chef de l'Etat promet de faire quelque chose, son chef de cabinet, François-Xavier Lauch, vient la plupart du temps prendre leurs coordonnées et transmet leurs dossiers aux préfets, qui prennent le relais. "Il n'y a pas de passe-droit", assure l'Elysée, qui dit se contenter d'"accélérer des dossiers en souffrance". Pour le vérifier, franceinfo a pris des nouvelles de ces personnes, plusieurs semaines voire plusieurs mois après leur rencontre avec le président.

Aïda, adolescente demandeuse d'asile dans les Vosges

Le 18 avril, Emmanuel Macron est de passage par Saint-Dié-des-Vosges. Aïda prend son courage à deux mains et s'approche du président. Avec sa mère et ses grands-parents, cette adolescente a fui la Russie où la famille est en danger, affirme-t-elle. Mais leur demande d'asile a été rejetée par la France. Elle raconte son histoire, des sanglots dans la voix. "On n'a pas de papiers", expose-t-elle. "J'ai eu des bonnes notes, j'ai eu des félicitations" au collège, fait-elle valoir. "On ne veut pas retourner [en Russie], c'est dangereux." "On va faire regarder ton dossier", promet le chef de l'Etat, ajoutant que les services préfectoraux vont s'en charger. La jeune fille essuie ses larmes, devant la caméra de Vosges Matin.

Dix mois après cet échange, "il ne s'est rien passé, affirme Aïda à franceinfo. On n'a toujours pas nos papiers. C'est un peu stressant." La jeune fille déclare qu'elle vit toujours à l'hôtel avec sa mère et ses grands-parents – un hébergement d'urgence – et que sa famille va à la Croix-Rouge et aux Restos du cœur pour avoir de quoi manger. "On n'a pas encore envoyé de dossier de régularisation à la préfecture, poursuit-elle. On attend les certificats de mes professeurs. Ils ont promis de m'aider."

Mais le son de cloche est différent du côté de la préfecture des Vosges, qui dit avoir procédé à "un examen approfondi" du dossier de la famille. Il s'est avéré que la jeune fille, qui affirme avoir 14 ans, "était majeure" et que sa famille était "entrée illégalement en France en septembre 2017".

Les passeports russes étaient tamponnés d'un visa délivré par l'Espagne. Aïda et ses parents ont par conséquent été expulsés vers l'Espagne, un mois après sa rencontre avec Emmanuel Macron, assurent les autorités françaises. Mais la famille est revenue dans les Vosges quelques semaines plus tard, "de façon toujours illégale". Et la préfecture a une fois de plus l'intention de l'expulser.

René, retraité du Lot à la pension amputée de 100 euros

"L'occasion fait le larron", assène René, proverbial. Le 18 janvier, Emmanuel Macron rend une visite surprise aux habitants de Saint-Sozy, petit village du Lot. "Je me suis dit qu'il valait mieux s'adresser au bon dieu qu'à ses saints", poursuit le retraité de 73 ans. Ce jour-là, l'ancien cheminot empoigne donc les documents qui le tracassent – ses relevés de pension – et rejoint sa femme, Janine, et le petit groupe qui bavarde avec le chef de l'Etat. "Je peux vous poser une question ?Pourquoi j'ai 100 euros de moins ? Cent euros multipliés par douze, ça fait pratiquement un mois [de retraite en moins] par an", souligne-t-il. Pendant plus de cinq minutes, Emmanuel Macron examine les feuilles de papier, sans parvenir à fournir d'explication. "Vous pouvez me le laisser, ça ? Ça, ce n'est pas normal. Moi-même, je ne comprends pas. Je ferai mieux que vous répondre, je vais vous le régler", tranche-t-il, glissant les documents dans la poche de son manteau.

Un mois plus tard, "rien" n'a bougé, constate René. "Pour l'instant, on attend." Emmanuel Macron lui a garanti qu'il serait remboursé s'il y avait une erreur de calcul dans sa retraite, mais qu'il faudrait sûrement attendre avril ou mai, explique le septuagénaire, qui prévient : "Si je n'ai pas de réponse début mai, je vais lui écrire pour lui rafraîchir la mémoire." 

Difficile de se montrer patient quand "on [lui] en parle tous les jours", s'agace René, qui reçoit aussi "des messages sur Facebook d'un air de dire que c'était une combine de Macron, que c'était mis en scène, pour montrer qu'il n'a pas réponse à tout".

Yves et ses 297 euros pour vivre dans la Drôme

Yves aussi a saisi sa "chance". Le 24 janvier, ce sexagénaire handicapé participe à la réunion publique organisée à Bourg-de-Péage (Drôme) dans le cadre du grand débat national. Il a bien l'intention d'apostropher Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et régional de l'étape, présent ce soir-là. L'arrivée d'Emmanuel Macron change ses plans. "Si vous avez en face de vous quelqu’un qui peut changer votre vie, il faut saisir votre chance, explique-t-il. J'ai tenté ma chance. Si ça change quelque chose, tant mieux. Sinon, je continuerai à vivre comme je vis."

Yves se lance, sans attendre d'avoir le micro, et brandit sa feuille d'indemnisation de la Sécurité sociale : "297 euros par mois ! On fait comment pour vivre avec ça ?" Il insiste : "Je n'ai que ça !" Emmanuel Macron se saisit du document et, après quelques minutes de discussion, répond : "Je vais regarder ça. C’est pas possible que vous n’ayez que ça. Ça veut dire qu’on ne vous a pas activé des droits que vous avez par ailleurs." 

Yves confie avoir été convoqué à un rendez-vous "précipité" à la préfecture de la Drôme, début février. "Ils se sont empressés de me filer un rendez-vous à l’arrache à Valence pour dire que j’avais été reçu", juge-t-il, sans en attendre grand-chose. "Visiblement, ils vont accélérer mon dossier", croit-il. Bénéficiera-t-il de l'allocation adulte handicapé ou du minimum vieillesse ? "Je n’ai aucune certitude sur la réponse", souffle Yves. Affaire à suivre.

Cet échange avec le chef de l'Etat n'a pas été sans conséquences pour Yves, mobilisé depuis deux mois aux côtés des "gilets jaunes" sur les ronds-points de Valence puis de Pizançon. "Certains 'gilets jaunes' m’ont reproché de n’avoir parlé que de mon cas personnel. Ça a commencé à s’envenimer. Je suis rentré chez moi et je n'y suis pas retourné", déplore le sexagénaire. "Je ne portais pas de gilet jaune, j’ai pris la parole pour moi, mais je suis sûr qu’il y a des centaines, des milliers de personnes en France dans ma situation", se défend-il. Et d'accuser : "Ils étaient une douzaine dans la salle. Pourquoi ils parlent maintenant ? Pourquoi ils n’ont pas parlé devant Macron ?"

Thierry et la retraite de son ex-femme Hélène dans la Drôme

Assis au premier rang, bandeau jaune noué autour de la tête, Thierry aussi profite de cette visite présidentielle à Bourg-de-Péage pour interpeller le chef de l'Etat. Il veut, entre autres, lui parler du sort de son ex-femme, Hélène. Les sept années pendant lesquelles elle a travaillé à ses côtés, sans se ménager ni se verser de salaire, ne lui donnent droit à aucune annuité dans le calcul de sa retraite. Emmanuel Macron lui explique que beaucoup de conjoints collaborateurs sont dans son cas, mais il souligne qu'elle aurait dû être indemnisée au moment du divorce. Et de conclure : "Je vous inviterai à ce qu’on regarde et qu’un avocat regarde les choses, parce que ce n'est pas juste. Typiquement, ça, c’est dans la loi."

Thierry et Hélène ont très mal vécu l'exposition médiatique qui a accompagné leur entrevue avec Emmanuel Macron. "C'est de la folie, ce qu'il s'est passé, on s'est fait enfumer par le président et on s'est sentis agressés par les médias quand on a quitté le débat", confie la quinquagénaire à France Bleu deux jours plus tard. "On a besoin de se poser", ajoute-t-elle, amère. "Je préfère qu’on prenne le risque de se faire oublier. On a subi un choc un peu trop violent. Tant pis pour nous, tant mieux pour Macron." Leur dossier avance-t-il ? Comme pour Yves, impossible de le savoir. "Toutes les situations particulières signalées ont fait l'objet d'un suivi personnalisé", se contente de répondre la préfecture de la Drôme.

Océane, caissière au Carrefour de Liévin

Pour Océane, l'affaire est allée très vite. Le 9 novembre, la jeune femme de 19 ans participe à une rencontre avec Emmanuel Macron à Lens (Pas-de-Calais). Cette caissière, qui enchaîne les CDD chez Carrefour, demande au chef de l'Etat s'il compte annoncer de nouvelles mesures pour l'emploi des jeunes. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, présent dans la salle, lui demande son numéro de téléphone. Selon les informations de La Voix du Nord, Gérald Darmanin échange ensuite quelques textos avec Alexandre Bompard, le patron de Carrefour. A la fin de son discours, Emmanuel Macron se tourne vers Océane et lui glisse : "Pour le CDI, c'est réglé."

Océane Bouillez (deuxième en partant de la gauche) pose aux côtés d\'Emmanuel Macron, le 9 novembre 2018, à Lens (Pas-de-Calais).
Océane Bouillez (deuxième en partant de la gauche) pose aux côtés d'Emmanuel Macron, le 9 novembre 2018, à Lens (Pas-de-Calais). (ETIENNE LAURENT / EPA / AFP)

"Une demi-heure après, j'ai reçu un coup de téléphone de la DRH de Carrefour France. Elle a dit que j'allais être convoquée dans le bureau de mon directeur", témoigne la jeune femme sur Europe 1. Le lendemain, au Carrefour de Liévin, l'hôtesse de caisse se voit proposer un CDI. Selon l'entreprise, citée par La Voix du Nord, les SMS ont bel et bien accéléré les choses. "C’est moins de précarité. Je vais pouvoir mettre des sous de côté, se réjouit Océane dans La Voix du Nord. J’ai simplement envie de dire merci au président."

Chez Carrefour, la soudaine titularisation de la jeune salariée et de quatre de ses collègues de Liévin après l'intervention élyséenne a fait jaser. Les représentants syndicaux de FO ont adressé une lettre à leur PDG et exigé dans un tract que "toutes les situations identiques subies par les nombreux salariés de l'ensemble des hypermarchés soient traitées avec autant d'intérêt et de diligence".

Flavien, enfant handicapé déscolarisé en Dordogne

Pour Flavien aussi, c'est allé très vite, rapporte sa mère, Hélène. Le 19 juillet au matin, son téléphone portable sonne. Au bout du fil, la préfète de Dordogne. Hélène a rendez-vous avec son fils à la préfecture, à Périgueux, à la mi-journée. Il faut sortir Flavien de l'hôpital en catastrophe. Emmanuel Macron l'attend. Le chef de l'Etat bouscule son agenda pour le rencontrer. La veille, un article de Sud Ouest a relaté le calvaire de l'enfant. "Il paraît qu’[Emmanuel Macron] s’est foutu en colère en lisant l’article dans le journal", croit savoir Hélène, qui n'oublie pas de souligner que l'affaire Benalla avait éclaté la veille.

L'entrevue dure une demi-heure. "Flavien balance tout : il n’a pas de copains, pas d’AVS [auxiliaire de vie scolaire], son mal-être… Il se vide de tout. Et Macron prend le temps, il écoute", s'étonne encore Hélène. Flavien souffre d'un handicap qui n'est pas diagnostiqué et, faute d'accompagnement, il ne peut plus aller à l'école. A 9 ans, il déprime à la maison. Sa mère a même été contrainte de l'hospitaliser au milieu de l'été. En voyant Emmanuel Macron à la télévision, Flavien a eu l'idée de lui écrire une lettre. Un appel à l'aide. En réponse, "on a reçu une lettre type du secrétariat général de l’Elysée", glisse Hélène, qui ne croyait pas au succès de l'entreprise de son fils. 

A la stupéfaction de la jeune femme, l'entretien s'achève sur une série de promesses : Flavien aura un rendez-vous médical dès la semaine prochaine. Une AVS sera là pour l'aider à l'école à la rentrée. Et le président écrira un petit mot à l'enfant pour l'encourager à retourner à l'école. "Il a tenu parole, constate Hélène. Il a changé la vie de Flavien." Grâce au rendez-vous médical, l'enfant a été diagnostiqué dyspraxique, dysgraphique et dysphasique avec trouble déficitaire de l’attention et hyperactivité. "Le dossier médical a été super vite." Un suivi a été mis en place. "Le rectorat a écrit pour promettre une AVS à Flavien à la rentrée." Et l'enfant "suit une scolarité à peu près normale". "Ça a vraiment été pris en charge par l’Elysée", assure-t-on à la préfecture de Dordogne.

Le président nous a aidés, on ne peut pas le nier. En tant que parents, on est contents, mais en tant que citoyenne, je trouve que ce n’est pas normal.Hélène, mère de Flavienà franceinfo

Hélène n'a cependant pas oublié la pique lâchée au téléphone par la personne qui lui a confirmé le rendez-vous médical promis par Emmanuel Macron : "Ça vient d'en haut." La mère de Favien a conscience d'avoir évité, grâce au fait du prince, six mois à un an d'attente. "On a reçu un accueil assez froid, mais après, tout le monde a reconnu qu’on était dans une vraie urgence", assure-t-elle.