DIRECT. "Gilets jaunes" : entre 1 000 et 1 500 manifestants dans le cortège parisien, selon la préfecture de police

Des appels ont été lancés pour poursuivre les manifestations dans la capitale, dimanche, après le 14e samedi de mobilisation.

Les \"gilets jaunes\" manifestent dans les rues de Toulouse, lors du 14e samedi de mobilisation, le 16 février 2019.
Les "gilets jaunes" manifestent dans les rues de Toulouse, lors du 14e samedi de mobilisation, le 16 février 2019. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Des "gilets jaunes" étaient de nouveau dans la rue, dimanche 17 février. La préfecture de police de Paris a comptabilisé entre 1 000 et 1 500 manifestants dans le cortège parisien. La veille, pour le 14e samedi de mobilisation, le ministère de l'Intérieur a recensé 41 500 manifestants dans l'Hexagone dont 5 000 à Paris, des chiffres en recul par rapport à la semaine précédente. Mais des chiffres contestés par les "gilets jaunes". Dimanche, les manifestants se sont retrouvés sur les Champs-Elysées et ont rejoint le Champ-de-Mars pour participer à un défilé "déclaré et pacifique". Suivez sur franceinfo cette nouvelle journée de manifestation. 

Fin de la manifestation parisienne vers 18h45. Dans le calme, le cortège, parti des Champs-Elysées a rejoint, comme prévu le Champ-de-Mars. Certains manifestants ont continué à marcher et se sont rendus sur la place de la République. Les derniers protestataires ont fini par partir, aux alentours de 18h45, toujours dans le calme.

Ingrid Levavasseur insultée et expulsée du cortège parisien. L'aide-soignante normande de 31 ans a été sifflée par des "gilets jaunes" qui ont notamment crié "enlève ton gilet" ou encore "salope""Je ne vais certainement pas plier. Ça ne va certainement pas me décourager. Au contraire, ça va me rendre plus forte", a assuré celle qui a abandonné la liste du Ralliement d'initiative citoyenne qu'elle entendait mener pour les élections européennes.

Alain Finkielkraut hué et injurié à ParisLa journée à Paris samedi s'est déroulée dans le calme mais a toutefois connu un bref moment de tension quand le cortège a croisé la route du philosophe et académicien Alain Finkielkraut, insulté par des manifestants aux cris de "sioniste de merde". Ces propos "sont la négation absolue de ce que nous sommes", a réagi Emmanuel Macron, "un déferlement de haine à l'état pur", a dénoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Le soutien aux "gilets jaunes" s'effrite. Une majorité de Français (52%, +15) estime que les "gilets jaunes" "doivent maintenant cesser leur mouvement et leurs actions (manifestations, blocages etc.)", selon un sondage Ifop pour le JDD publié dimanche.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h02 : Ce live fait une pause jusqu'à demain matin. Voici les principales informations de la soirée.

Si vous n'avez rien suivi à l'affaire Finkielkraut, direction notre résumé de la polémique du week-end. Pour ceux qui ont suivi, allez donc lire notre entretien sur la qualification des insultes dont a été victime le philosophe.



Un fourgon de police a été attaqué hier sur l'autoroute A7, près de Lyon. Voilà ce que l'on sait de cette affaire, et voici le témoignage d'un des policiers présents à l'intérieur, qui a eu peur pour sa vie : "On a senti un réel danger".

• Les week-ends se suivent et se ressemblent pour le PSG qui a signé sa 20e victoire en 23 matchs de L1 à Saint-Etienne (1-0). Le club de la capitale compte 12 points d'avance sur son dauphin, Lille.

Rendez-vous demain, six heures, pour la suite de ce live.

22h22 : "Vous savez à quoi je pensais ces derniers temps ? Heureusement que ma mère n’est plus là pour voir ça. Ma mère, partie de Hongrie pour arriver en France, a eu ses parents et quatre de ses frères qui sont partis en fumée par les cheminées d’Auschwitz. Je me dis : heureusement qu’elle n’est pas là pour voir les croix gammées sur le portrait de Simone Veil, pour voir marqué "Juden" sur la vitrine d’un commerçant juif. Sarah Halimi et Mireille Knoll assassinées parce que juives, la mémoire souillée d’Ilan Halimi, et tant d’autres actes antisémites, encore hier…"

Coup de gueule de Michel Jonasz sur le plateau de "20h30 le dimanche".




(FRANCE 2)

20h44 : "Rien ne peut justifier ces attaques antisémites", réagit ce soir sur franceinfo Ian Brossat, maire-adjoint communiste à la mairie de Paris. "On ne peut pas attaquer quelqu'un parce qu'il est juif", souligne Ian Brossat. S'il se dit "en désaccord avec à peu près tout ce que dit Alain Finkielkraut", il affirme qu'"on ne peut pas accepter cela dans notre pays".

20h15 : @anonyme On n'a pas encore de chiffre sur les fermetures d'entreprises parce que les bilans annuels sont souvent effectués au printemps. On aura donc sans doute des chiffres précis d'ici quelques mois.

20h14 : Les GJ « fêtaient » les 3 mois du mouvement aujourd’hui : pourquoi aucun chiffre sur les dégâts directs que ce mouvement a créé sur l’économie française ? Pourquoi aucune information sur tous ces commerçants et petites entreprises qui ont déposé le bilan à cause de ces 14 we ? Merci de votre réponse sur ce silence qui rend pour le moins perplexe !

20h01 : Lors de son interview sur LCI, Agnès Buzyn a eu une phrase sur Marine Le Pen qui a fait sortir de ses gonds la présidente du Rassemblement national.

20h00 : 20 heures, l'heure du dîner, et aussi du point sur l'actualité.

• #FINKIELKRAUT Si vous n'avez rien suivi à l'affaire Finkielkraut, direction notre résumé de la polémique du week-end. Pour ceux qui ont suivi, allez donc lire notre entretien sur la qualification des insultes dont a été victime le philosophe.

Un fourgon de police a été attaqué hier sur l'autoroute A7, près de Lyon. Voilà ce que l'on sait de cette affaire, et voici le témoignage d'un des policiers présents à l'intérieur, qui a eu peur pour sa vie : "On a senti un réel danger".


Gaël Monfils a remporté son premier tournoi depuis près d'un an, en s'imposant en finale à Rotterdam face à Stan Wawrinka. Mine de rien, le Français est 5e à la "race", le classement qui compte les points accumulés depuis le 1er janvier.


Le club de Cardiff envisage un recours pour négligence contre le FC Nantes dans le cadre du transfert de l'attaquant Emiliano Sala, disparu dans le crash de son avion dans la Manche. Le pilote n'aurait pas disposé de la bonne licence pour transporter des passagers.

19h52 : "Ces manifestations [des "gilets jaunes"] doivent s'arrêter."

Invitée de LCI, la ministre de la Santé s'est prononcée en faveur de l'arrêt de la mobilisation des "gilets jaunes". "Le mouvement s'est profondément transformé. Il est en train de dériver. On voit la violence, de semaine en semaine, qui se radicalise, qui est contre les institutions de la République, l'Assemblée nationale, les ministères, les élus, avec des propos antisémites régulièrement."

19h34 : "Des gens qui sont antisémites, il y en a partout sur la planète. Ce mouvement n'est pas antisémite. S'il était antisémite, vous n'auriez pas vu de juifs ou d'arabes ou de chinois dans les manifs depuis 14 semaines."

Interrogé par France télévisions, Maxime Nicolle a tenu à minimiser l'incident impliquant Alain Finkielkraut lors du cortège parisien hier : "Et là parce qu'il y a une personne qui vient se montrer et qu'il y a trois ou quatre personnes qui l'insultent, on fait passer ce mouvement pour un mouvement antisémite. Il y a des juifs gilets jaunes !"

19h29 : @PeaceAndLove Nous avons posé la question au journaliste et historien Dominique Vidal, qui collabore au "Monde diplomatique". Ce dernier rappelle que "l'antisémitisme est un délit" tandis que "l'antisionisme est une opinion politique, que chacun est libre d'approuver ou non". Mais il est estime que les injures proférées contre le philosophe sortent du cadre de la contestation d'une opinion. Son interview est à lire ici.

19h27 : Bonsoir Pierre, j’entends parler d’insultes antisémites concernant Finkielkraut. Pouvez-vous préciser clairement quelles sont ces insultes antisémites sachant que lui-même a dit que "sale juif" n’a pas été prononcé lors de la manif des "gilets jaunes" ? Par avance, Merci !

19h16 : Une œuvre rappelant "la petite fille au ballon" de Bansky, mais qui pourrait plutôt s'intituler l'enfant gilet jaune à la main arrachée a fait son apparition sur un mur de Bordeaux. S'il s'agit vraisemblablement d'un fake, la présence dans la ville cette semaine du groupe Massive Attack, dont le leader est soupçonné d'être le mystérieux artiste, laisse planer le doute.

19h07 : Ce week-end, vous étiez allongés sur la plage abandonnée, près d'un légionnaire qui sentait bon le sable chaud ? On vous résume l'affaire Finkielkraut dans cet article si vous n'avez rien suivi.




(THOMAS PADILLA / MAXPPP)

18h45 : Les dix derniers "gilets jaunes" qui se trouvaient encore place de la République plient bagage et rentrent en métro. Les CRS remballent également. Affaire classée.

18h23 : @anonyme L'homme s'est rendu de lui même au commissariat une heure après l'incident, et a été placé en garde à vue. Selon les éléments dont on dispose, il semble qu'il a paniqué en se retrouvant bloqué dans le cortège des "gilets jaunes". Certains manifestants ont tapé dans sa voiture, mais on ignore s'ils ont jeté des projectiles à travers les vitres comme cela a été évoqué par des témoins.

18h20 : Bonsoir. L'homme qui a foncé avec un véhicule sur des manifestants en gilets Jaunes à Rouen a-t-il été arrêté ? Où est-il actuellement et que sait-on de lui ? Merci.

18h10 : Figurez-vous qu'il est 18 heures, et que les fans de couchers de soleil fourbissent leurs appareils photos, car on en voit des magnifiques depuis quelques jours sur Paris. Sinon, voici les principales infos.

• "Sale sioniste", "enculé"... La polémique autour des injures adressées à Alain Finkielkraut hier lors du défilé parisien des "gilets jaunes" enfle d'heure en heure. On vous explique ici pourquoi ces injures sont antisémites même s'il n'est pas sûr que les manifestants mis en cause aient crié "sale juif". Le parquet de Paris a en tout cas ouvert une enquête, même si le philosophe n'a pas porté plainte.

• Un fourgon de police a été attaqué hier sur l'autoroute A7, près de Lyon. Voilà ce que l'on sait de cette affaire, et voici le témoignage d'un des policiers présents à l'intérieur, qui a eu peur pour sa vie : "On a senti un réel danger".

• Et sinon, des "gilets jaunes" ont remis le couvert cet après-midi à Paris, pour fêter les trois mois du mouvement. Environ 1 500 personnes, selon la préfecture et plusieurs médias, y ont participé. Une poignée d'entre eux se trouve encore place de la République.

Gaël Monfils a remporté son premier tournoi depuis près d'un an, en s'imposant en finale à Rotterdam face à Stan Wawrinka. Mine de rien, le Français est 5e à la "race", le classement qui compte les points accumulés depuis le 1er janvier.

17h37 : Des nouvelles des "gilets jaunes" qui défilent à Paris sous le soleil : le gros des troupes qui ont continué à manifester se situe place de la République... où ils sont tombés sur une manifestation d'opposants au président algérien Bouteflika.

17h32 : Le directeur de la communication de la Licra nous précise la manière dont l'organisation va saisir la justice en réponse aux injures antisémites dont a été victime Alain Finkielkraut. "On fait ce qu’on appelle un signalement au parquet en leur demandant de trouver la qualification pénale des faits s’il y a lieu. Une fois la procédure enclenchée, on se constituera partie civile."

17h31 : "Ne lâchez rien, je vous soutiens à fond, à fond !"

La star a fait une visite surprise aux "gilets jaunes" de Fréjus qui organisaient un grand débat dans une salle prêtée par un hôtel. Une journaliste de L'Obs était présente. L'actrice a ajouté : "Je les soutiens parce qu’ils ont des couilles. Je ne manifeste pas. Tout, il faut tout changer en France. On est coincés par un gouvernement qui ne nous plait pas."

16h41 : @antiraciste et anticolonialiste #FINKIELKRAUT Vous avez raison, repréciser la différence ne fera pas de mal. A gros traits, l'antisémitisme, c'est discriminer les gens parce qu'ils sont juifs, l'antisionisme, c'est s'opposer au mouvement qui a abouti à la création de l'Etat d'Israël. Ce qui n'empêche que les deux sont souvent liés. En 2012, Manuel Valls avait estimé que l'antisémitisme se cachait derrière "un antisionisme de façade". Je vous renvoie à cet article de Pascal Boniface, directeur de l'Iris qui traite en longueur de la différence entre les deux termes.

Et signalons que parmi les insultes adressées à Alain Finkielkraut figurait "sale race", qui dans ce contexte est clairement antisémite.

16h28 : Bonjour franceinfo. Je repose ma question, qui me semble essentielle pour contextualiser les evenements d’hier, peut il etre rapellé la difference entre antisemitisme (du racisme pur et simple) et antisionisme (qui est une critique d’une doctrine politique revendiqué comme telle d’ailleurs). Merci, cela participe de l’information me semble t’il et eclaire l’actualité. Qu’après la seconde soit instrumentalisé bien souvent n’en empeche pas la critique fondée de la revendication d’un colonialisme qui en fait partie et est aussi revendiqué comme telle par ses defenseurs. Merci de votre travail

16h23 : @anonyme Nous avions nettement entendu l'insulte hier, aux 15e et 20e seconde de la vidéo de Yahoo Actualité, mais nos tympans nous ont peut-être trahis. Dont acte. Ce qui n'empêche que le philosophe a été traité de "sale sioniste de merde", de "fasciste", d'"enculé", de "sale race" et a récolté plusieurs menaces de mort.

16h15 : CheckNews confirme que l'insulte antisémite "sale juif" n'a pas été prononcée. A propos du mensonge désormais établi de @BGriveaux, Finkielkraut dit: "Je suis ému par le témoignage de solidarité qu’il a manifesté, mais on ne m’a pas traité de sale juif."

16h04 : Selon la préfecture de police, 1 500 personnes ont pris part au défilé parisien des "gilets jaunes". Un regroupement est en cours autour du Champ-de-Mars, alors que d'autres ont pris la poudre d'escampette direction la place de la République.

15h41 : La séquence est impressionnante. Deux CRS ont été attaqués, hier à Lyon, par des manifestants "gilets jaunes". Ils se trouvaient dans leur véhicule quand plusieurs personnes leur ont lancé divers projectiles. Alors que le parquet de Lyon a ouvert une enquête, voici ce que l'on sait de cette affaire.

15h37 : Entre 1 000 et 1 500 "gilets jaunes" ont défilé pacifiquement en début d'après-midi à Paris, a constaté une journaliste sur place. La manifestation est en train de s’achever. Le parcours était déclaré en préfecture et aucun incident n'est à signaler.



(MAXPPP)

15h36 : La classe politique continue de réagir après les insultes antisémites proférées à l'encontre d'Alain Finkielkraut. Le député La France insoumise des Bouches-du-Rhône Jean-Luc Mélenchon vient à son tour de publier un message sur Twitter.

15h23 : Après des "injures" reçues durant la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, l'un des visages de la mobilisation, Ingrid Levavasseur, a dû quitter le défilé. "Je ne vais certainement pas plier. Ça ne va certainement pas me décourager. Au contraire, ça va me rendre plus forte", a-t-elle ensuite déclaré.

15h12 : Alors que depuis trois mois la mobilisation des "gilets jaunes" persiste, la colère ne s'exprime pas que dans la rue mais aussi sur internet. La pétition en ligne est en effet devenue un outil incontournable, de plus en plus pris au sérieux par les décideurs politiques. On vous en dit plus.

15h03 : A Paris, les "gilets jaunes" sont arrivés sur le Champs-de-Mars, aux pieds de la tour Eiffel. Un journaliste publie des images de leur avancée.

14h53 : Un journaliste travaillant pour BFMTV a reçu "plusieurs coups de matraque de la part d'un policier" alors qu'il couvrait une manifestation de "gilets jaunes" hier à Paris, comme nous vous l'expliquions dans cet article. "Il a décidé de porter plainte", ajoute la chaîne d'information en continu.

14h44 : "Pour samedi prochain [le 23 février], je demande qu'on interdise les manifestations" pour éviter les violences, a déclaré le député Les Républicains des Alpes-Maritimes Eric Ciotti sur France Inter. Il assure par ailleurs n'avoir "jamais soutenu la violence" bien qu'il ait soutenu la "colère".

14h21 : "Ma collègue et moi avons eu peur, ce qui est normal", ajoute le policier qui était assis côté passager. Leur véhicule a été violemment pris à partie par des manifestants portant des gilets jaunes, samedi, sur l'autoroute A7. Son témoignage est à lire en suivant ce lien.

Des policiers ont été pris à partie par des manifestants, le 16 février 2019 à Lyon, lors d\'une nouvelle mobilisation des \"gilets jaunes\".

(TWITTER / ALTERNATIVE POLICE)

14h20 : "On a senti un réel danger", raconte à franceinfo l'un des policiers attaqués dans son fourgon par des manifestants à Lyon hier.

14h14 : "Je crois qu'après avoir vu ces images, je suis dans un sentiment de dégoût et d'horreur parce que ce sont des attaques abjectes exprimées à visage découvert avec une haine qu'on ne peut plus accepter dans notre pays."

Sur franceinfo, le Crif a déclaré attendre du gouvernement "de véritables mesures qui puissent enrayer la vague antisémite" après les insultes proférées à l'encontre du philosophe Alain Finkielkraut, hier.

14h00 : Il est 14 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

Après les insultes antisémites adressées au philosophe Alain Finkielkraut, hier dans la capitale, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "injure publique en raison de l'origine ou de la religion".


Trois cents "gilets jaunes" étaient rassemblés ce midi dans le calme sur les Champs-Elysées pour une nouvelle mobilisation. Cela intervient trois mois jour pour jour après le début de ce mouvement de contestation.


Le parquet de Lyon a ouvert une enquête "pour violences avec arme" et "en réunion" sur personnes dépositaires de l'autorité publique, après l'attaque hier d'un fourgon de police par des manifestants en marge d'une mobilisation des "gilets jaunes" sur l'autoroute A7.

13h45 : "A travers moi, ce qui est visé ce sont les juifs en tant qui sionistes", a réagi Alain Finkielkraut sur France 2. Voici la séquence :

13h39 : Trois cents "gilets jaunes" étaient rassemblés dans le calme ce midi sur les Champs-Elysées à Paris. Dans le cortège, on pouvait apercevoir des banderoles appelant à la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC) ou dénonçant les "mutilations de civils" par les forces de l'ordre.

13h44 : "Les collègues ont fait preuve d’un certain sang froid d’une maturité professionnelle", ajoute son collègue Fagnani Fabrice, secrétaire régional unité SGP police FO. "La jeune collègue [dans la voiture] avait deux mois de boîte : elle était en emploi jeune et pas titulaire", précise-t-il.

13h45 : "C'était un guet-apens. On leur avait signalé des 'gilets jaunes' sur l’autoroute A7 entre le pont Pasteur et Perrache. Ils avaient pour instructions de fermer le tunnel d’accès à l’autoroute pour éviter que les voitures arrivent à pleine vitesse et ne percutent des 'gilets jaunes'. Ils étaient là pour encadrer la sécurité des manifestants. Donc ils ont remonté la file de véhicules et c’est là qu’ils ont été caillassés."

Didier Mangione décrit à franceinfo l'attaque d'un fourgon de police par des "gilets jaunes" hier à Lyon.

13h46 : Une classe politique unanime, des associations vent debout, des intellectuels et des journalistes indignés... De très nombreuses personnes ont réagi après les insultes antisémites qui ont visé hier le philosophe Alain Finkielkraut, en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. Retrouvez-les dans notre article.

Le philosophe et essayiste, Alain Finkielkraut, pose au sein de la librairie de l\'Académie française, le 1er décembre 2016.

(ERIC FEFERBERG / AFP)

12h43 : "Tous les épisodes où il y a eu des suspicions de violence policière, à chaque fois, c'est en riposte, de manière toujours proportionnée à des agressions extrêmement graves contre les forces de l'ordre."

Sur BFMTV, Laurent Nunez a évoqué les violences policières. "140 enquêtes judiciaires sont en cours sur des suspicions de violence policière", a-t-il annoncé.

12h30 : C'est ce qu'annonce France Bleu Maine. Hier soir, seulement deux personnes étaient interpellées, d'autres ont été arrêtées dans la nuit. Les dix personnes sont sarthoises, précise la police.

12h28 : Dix personnes ont été interpellées au Mans (Sarthe) en marge de la manifestation des "gilets jaunes" hier.