"Gilets jaunes" : 18 600 manifestants en France, dont 1 200 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur

A bientôt six mois de mobilisation, les "gilets jaunes" appelaient à manifester pour la 26e fois samedi, avec des points de ralliement "nationaux" à Lyon et Nantes.

Le cortège des \"gilets jaunes\" dans les rues de Lyon (Rhône), le 11 mai 2019.
Le cortège des "gilets jaunes" dans les rues de Lyon (Rhône), le 11 mai 2019. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Nouveau record à la baisse de la mobilisation des "gilets jaunes". Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 18 600 manifestants, dont 1 200 à Paris, samedi 11 mai. Des chiffres contestés par le mouvement. Du côté du "Nombre jaune" aussi, on constate la baisse de la mobilisation, avec 37 529 manifestants selon un chiffre encore provisoire. Suivez les rassemblements en direct avec franceinfo.

A Lyon, plusieurs milliers de personnes étaient présentes dans le cortège parti de la place Bellecour. Sept manifestants ont été interpellés pour "détention d'armes par destination et jets de projectiles sur les forces de l'ordre", selon la préfecture de région. La manifestation s'est tendue en milieu d'après-midi, avec des jets de projectiles sur les forces de l'ordre qui ont riposté par de nombreux tirs de gaz lacrymogènes. Au moins dix policiers et gendarmes ont été blessés, des blessures allant jusqu'à la fracture, selon la préfecture, qui estime que "la manifestation est gangrenée par des casseurs violents". L'une des figures du mouvement, Jérôme Rodrigues, avait pris part à la manifestation lyonnaise.

A Nantes, le cortège a rassemblé 2 200 participants, selon la police nationale qui précise que "12 personnes ont été interpellées" en marge de la manifestation. Des mortiers et des fusées de détresse ont été saisis. Quelques projectiles, dont des bouteilles, ont été lancées sur les forces de l'ordre à hauteur du cours des 50-Otages. Des dégradations ont été commises sur des commerces. Les vitrines de deux agences d'intérim ont été cassées. Une voiture en libre-service a été dégradée.

 A Toulouse, environ 1 500 manifestants étaient rassemblés pour ce 26e samedi de mobilisation des "gilets jaunes". Le cortège s'est élancé vers 14h30. Dans le centre de la ville, la place du Capitole était interdite de manifestation.

A Strasbourg, le groupe "Gilets Jaunes Alsace" appelait à se rassembler devant le Palais des Congrès, où la tête de liste LREM pour les européennes, Nathalie Loiseau, tenait un meeting dans l'après-midi avec le Premier ministre Edouard Philippe. Le texte de l'appel évoque un "contre-meeting" face au "parti de Macron, président des riches", qui "vient faire sa propagande". 

A Montpellier, 1 300 personnes ont manifesté dans le calme, selon la préfecture de l'Hérault.

A Bordeaux, environ 700 manifestants ont défilé. Ils étaient 1 500 la semaine dernière.

A Orléans, environ 300 "gilets jaunes" ont manifesté. Sous surveillance policière, ils ont choisi de rendre hommage, à leur manière, à Jeanne d'Arc. L'une des manifestantes, habillée d'une chasuble floquée d'une croix médiévale, a défilé à cheval.

 A Caen, entre 400 et 600 "gilets jaunes" ont défilé hors du périmètre interdit par la préfecture du Calvados.

A Rouen, environ 400 personnes ont manifesté en dehors du périmètre de sécurité du centre-ville. Aucun débordement n'est à signaler.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h00 : Ce live fait une pause pour la nuit. Voici les principaux titres de l'actualité.

Les deux ex-otages français sont rentrés dans l'Hexagone cet après-midi. Dans une déclaration lue devant micros et caméras, ils ont reconnu avoir été imprudents.

La mobilisation continue de plonger, avec un peu plus de 18 000 manifestants comptés par la place Beauvau et 37 000 par le "Nombre jaune".

France Télévisions annonce son intention de porter plainte après le fichage d'un de ses journalistes par Monsanto.

Rien ne va plus pour l'AS Monaco. Ce grand nom du championnat de France est à deux doigts de devenir barragiste, après une nouvelle défaite à Nîmes (1-0).

Rendez-vous demain, neuf heures, pour la suite de ce live.

21h45 : La série phénomène Game of Thrones s'invite même dans les banderoles et graffitis des "gilets jaunes".

21h04 : Tout à fait @Madette. Selon Le Canard Enchaîné de cette semaine, aucune des quelques 250 enquêtes lancées n'a encore abouti. Pire, le délai moyen d'instruction de chaque cas s'est allongé ces dernières années, faute de personnel suffisant pour les mener.

21h02 : Parlons d'autres Caennais, les gilets jaunes qui défilent toutes les semaines à Caen et les autres ailleurs. : avez vous des infos à nous donner, après les matchs, sur les suite des enquêtes de l'IGPN ?Votre confrère David Dufresne a fait un excellent travail d'information pour recenser tous les blessés gilets jaunes, les a signalés à la place Bauveau mais quid des signalements au parquet et des suites internes ?Il y a quand meme eu de nombreux blessés graves qui n'étaient pas des casseurs, ce n'est absolument pas anodin dans une démocratie.Merci

20h34 : Thomas a pas tout a fait tort mais je trouve que la couverture des gilets jaunes reste toujours plus importante que le foot qui va nous occuper ce soir 😁

20h33 : On ne va pas transformer ce live en fil de discussion éditorial, mais je peux vous apporter certaines réponses. Cette semaine, nous n'avons pas envoyé d'alerte avant la journée de mobilisation, ni du nombre de participants. Je n'ai pas fait le compte du nombre de messages, mais ils ont tendance à décliner par rapport aux débuts du mouvement, où le hashtag cannibalisait le reste de l'actualité.

Après, le fait qu'ils défilent le samedi, qui est plutôt une journée creuse, joue aussi sur la place accordée au mouvement.

20h30 : Merci pour votre réponse ! Je vous répondrais que les réponses ont été apportées et qu’il faut désormais aller de l’avant ! Je ne pense pas que fermer les yeux sur votre fil en excluant certains hashtag soit la meilleure solution. Je souhaite plutôt comprendre qu’est ce qui vous conduit à continuer d’en parler. Effectivement les dégradations continuent et la présence de ces gilets jaunes dans les villes est toujours plus gênantes pour les habitants (Lyon, Toulouse, Paris et j’en passe...). Cependant, je crois sincèrement que l’écho que nous faisons tous de ce mouvement conduit en quelque sorte a le maintenir en vie peut être artificiellement. Cela cristallise encore plus les tensions et je crois que nous avons besoin de davantage de sérénité dans notre pays !Bonne soirée !

20h30 : Dans les commentaires, @Thomas argumente son point de vue sur la place, trop importante selon lui, accordée aux "gilets jaunes" dans le live.

20h18 : Au total, 26 personnes ont été interpellées à Nantes, un des épicentres de la journée de mobilisation, où 2 200 personnes ont battu le pavé. "On a limité les dégâts par rapport à ce qui était prévu par certains, c'est aussi dû au dispositif préventif", se défend la préfecture.

19h58 : 20 heures, l'heure du dîner mais aussi du point sur l'actualité.

Les deux ex-otages français sont rentrés dans l'Hexagone cet après-midi. Dans une déclaration lue devant micros et caméras, ils ont reconnu avoir été imprudents.

La mobilisation continue de plonger, avec un peu plus de 18 000 manifestants comptés par la place Beauvau et 37 000 par le "Nombre jaune".

France Télévisions annonce son intention de porter plainte après le fichage d'un de ses journalistes par Monsanto.

Le Brexit, ce n'est pas un problème au rugby. Les Anglais des Saracens sont sur le toit de l'Europe après leur victoire en finale de la Champions Cup sur les Irlandais du Leinster (20-10).

19h27 : @Mathieu Une enquête de police a été ouverte à ce sujet. Voilà ce qu'on sait de ce qui s'est passé : des forces de l'ordre ont sorti leur arme alors qu'un automobiliste se dirigeait vers elles à Nantes lors de la manifestation des "gilets jaunes", indique la préfecture. Les forces de l'ordre "n'ont pas fait usage de leur arme, ça s'est arrêté là". L'automobiliste n'a pas été interpellé.

19h26 : Bonjour, un policier aurait sorti son arme à Nantes face aux gilets jaunes ?

19h20 : @Alain Si vous prenez les chiffres du ministère de l'Intérieur, oui. Le Nombre jaune fait lui aussi état d'une baisse, avec 37 000 manifestants contre 42 000 la semaine dernière. La tendance aussi est plutôt à la baisse, comme le montre ce graphique (réalisé cette semaine) par un proche du Nombre jaune.

19h19 : Vous allez bien vite en besogne: 300 personnes de moins que le 4 mai. Compte tenu des marges d’erreur , ne criez pas si fort!

19h13 : Je pense que je vais vous faire la même réponse que lors des 22 samedis où je travaillais depuis le début du mouvement, cher @anonyme. Que diriez-vous, vous ou d'autres, si nous passions totalement sous silence un mouvement qui est certes en perte de vitesse, mais qui a poussé le pouvoir à des concessions inédites, et qui se traduit encore régulièrement par des incidents dans les grandes agglomérations.

Je vous rappelle que vous avez en haut du live un outil pour exclure les sujets qui ne vous intéressent pas #astucechezvous


19h13 : Comme chaque samedi je vous réitère ma vision jamais partagée ! 18600 personnes est-ce bien légitime de tenir un fil sur ce détail ? Qu'est ce qui vous pousse ou vous incite à continuer d'en parler, ils ne représentent plus rien ni personne, si loin des premières revendications qui ont déjà reçu des réponses (21 Mds qu'ils est toujours bon de préciser...)

18h55 : Pour vous donner une idée, voici les chiffres de la place Beauvau les semaines précédentes :

- 19 janvier : 84 000 manifestants

- 26 janvier : 69 000

- 2 février : 58 600

- 9 février : 51 400

- 16 février : 41 500

- 23 février 46 000

- 2 mars : 39 300

- 9 mars : 28 600

- 16 mars : 32 300

- 23 mars : 40 500


- 30 mars : 33 700

- 6 avril : 22 300

- 13 avril : 31 000

- 20 avril : 27 900

- 27 avril : 23 600


- 4 mai : 18 900

18h53 : Du côté du "Nombre jaune" aussi, on constate la baisse de la mobilisation, avec 37 529 manifestants selon un chiffre encore provisoire.

18h53 : Nouveau record à la baisse de la mobilisation des "gilets jaunes" : le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 18 600 manifestants, dont 1 200 à Paris.

17h55 : @anonyme La police a dénombré 1 500 personnes (soit quatre à cinq fois mois qu'au pic de mobilisation) encadrées par 500 policiers. Les médias locaux (comme La Dépêche du Midi) reprennent cet ordre de grandeur.

17h52 : #gilets_jaunes Une idée du nombre de manifestants sur Toulouse ?

17h48 : "Pour l'instant, nous ne sommes pas dans une phase d'interpellation mais de maintien de l'ordre. Les interpellations viendront après, c'est trop compliqué pour le moment", explique la préfecture au site Lyon Capitale. Selon les derniers éléments dont on dispose, quatre personnes ont été interpellées dans la capitale des Gaules.

17h35 : Selon Le Progrès, on compte 200 blacks blocs dans le cortège lyonnais.

17h35 : Au moins dix policiers et gendarmes ont été blessés, des blessures allant jusqu'à la fracture, selon la préfecture, qui estime que "la manifestation est gangrenée par des casseurs violents". L'AFP a, elle, comptabilisé au moins un blessé du côté des manifestants, a priori un nez fracturé.

17h31 : @anonyme C'est un peu compliqué, car une partie de leurs revendications a été évoquée lors du grand débat (des citoyens tirés au sort dans une assemblée), une autre partie écartée (le fameux RIC), et certaines de leurs demandes sont reprises par les listes se réclamant de près ou loin du mouvement aux européennes. Il existe aussi plusieurs plateformes pour organiser les demandes du mouvement (ici et ici).

17h28 : En fait, je ne comprends plus très bien quelles sont les revendications des gilets jaunes ? Existe-t-il un article qui ferait un état des lieux des demandes des manifestants ?

17h34 : Mo, un Bordelais de 32 ans et militant La France Insoumise, cherche des raisons à cette désaffection. "Tant en nombre qu'en motivation, ça n'a rien à voir avec les manifs du début, ça a marché un temps mais il y a de la lassitude. Aussi, beaucoup de gens ont peur des violences policières. (...) Il va falloir repartir sur les ronds-points et penser à d'autres actions. Cet été, on pourrait peut-être aller sur les parkings des plages."

17h23 : A Bordeaux, longtemps bastion du mouvement, la manifestation est passé sous le cap des 1 000 participants, selon l'AFP. La préfecture parle elle de 700 personnes à peine.

16h56 : @anonyme C'est ce qu'affirme Stéphane Perrier : "J'ai reçu un tir de LBD au niveau du bas ventre, je vais bien car ma ceinture abdominale a permis d'atténuer le choc". Il a été pris en charge par les "street-medics" dans la rue.

17h04 : Bonjour. Un journaliste de CNews touché au ventre par un LBD ?

16h54 : @anonyme Franchement, je vous félicite, c'est bien plus calme que d'habitude dans les commentaires.

16h55 : Pierre, ne nous enlevez pas ce plaisir simple : se sauter à la gorge à 14 heures tous les samedis ! On a pris le pli maintenant, on s’écharpe à 14 heures et à 19 heures. Sur ce, bon courage Pierre :-) !

16h51 : De vives tensions à signaler à Lyon, l'un des points chauds de ce 26e samedi de mobilisation.

16h51 : "Je n'ai rien à voir avec ce monsieur [Francis Lalanne], il fait son bout de chemin tout seul et le mouvement fait le sien. Le mouvement s'était inscrit sur de la non-politique, du moins jusqu'aux élections européennes, il a voulu prendre son chemin, qu'il le prenne, je me désolidarise de ce monsieur-là."

Ce militant de la première heure déplore que Francis Lalanne incarne les "gilets jaunes" aux élections européennes. "Ce que je ne supporte pas aujourd'hui, c'est la récupération que Francis Lalanne fait [du mouvement], il apparaît avec des tee-shirts à mon effigie, je ne m'inscris pas avec lui."

16h47 : D'autres "gilets jaunes" continuent de manifester sur les ronds-points, comme au début du mouvement en novembre dernier, comme ici à Limoges (Haute-Vienne).

16h47 : Des nouvelles des "gilets jaunes" lillois, qui rusent pour contourner les interdictions de manifester en centre-ville.

16h23 : Le traditionnel chiffre de 14 heures du ministère de l'Intérieur : 2 700 manifestants dans l'Hexagone, dont 600 à Paris. La semaine dernière, ils étaient un peu plus nombreux, 3 600 dont 1 070 dans la capitale.

Je rappelle qu'il s'agit d'un chiffre provisoire émis avant le départ de nombreux cortèges, rendez-vous à 19 heures pour vous écharper autour des chiffres définitifs.

15h48 : Environ 1 300 "gilets jaunes" selon la préfecture ont défilé dans les rues de Montpellier (Hérault), début d'après-midi.

15h39 : Il ne fait pas l'unanimité au sein du mouvement qu'il estime représenter. Francis Lalanne a été sorti de la manifestation par les "gilets jaunes" à Nice (Alpes-Maritimes), rapporte Nice-Matin.