"Gilets jaunes" : le gouvernement admet des "dysfonctionnements" après les violences à Paris, Edouard Philippe fera de nouvelles propositions demain

"L'analyse des événements d'hier met en évidence qu'il s'est révélé insuffisant dans son exécution pour contenir ces violences et éviter les agissements des casseurs. Il faut tirer toutes les conséquences de ces dysfonctionnements", a ajouté Matignon, à l'issue d'une réunion du chef du gouvernement avec plusieurs ministres.

Une voiture de police se trouve devant un immeuble incendié lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\", le 17 mars 2019 à Paris.
Une voiture de police se trouve devant un immeuble incendié lors d'une manifestation des "gilets jaunes", le 17 mars 2019 à Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Journée chaotique. Sur les Champs-Elysées, la manifestation de "gilets jaunes" a été marquée par de nouvelles violences, samedi 16 mars. Boutiques pillées, jets de pavés sur les forces de l'ordre, immeuble incendié... Au lendemain des faits, les réactions sont nombreuses.

Matignon admet des "dysfonctionnements". Le gouvernement a admis des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité mis en place. Edouard Philippe fera "ses propositions d'adaptation à Emmanuel Macron lundi à 11h30.

Deux ministres convoqués. Les ministres de l'Intérieur Christophe Castaner et de l'Economie Bruno Le Maire seront auditionnés mardi par les commissions des Lois et des Affaires économiques du Sénat.

 "Des décisions fortes pour que cela n'advienne plus." Emmanuel Macron s'est exprimé samedi lors d'un point de situation à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur. Il a estimé, au sujet des manifestants, que "tous ceux qui étaient là se sont rendus complices" du saccage des Champs-Elysées.

29 membres des forces de l'ordre blessés. En marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, 29 personnes ont été blessées parmi les forces de l'ordre : 20 policiers et 9 gendarmes. Un pompier a également été blessé, ainsi qu'une soixantaine de manifestants, a appris franceinfo ce dimanche auprès de la préfecture de police.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h55 : Ce direct est terminé. Voici les principales informations de cette soirée :

• Le gouvernement reconnaît qu'il y a eu des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité mis en place à Paris, où les commerces des Champs-Elysées ont été saccagés, lors du 18e samedi d'action des "gilets jaunes". Edouard Philippe fera des "propositions" à Emmanuel Macron, lundi.

• L'adolescente placée en garde à vue après l'agression d'une gendarme et de sa compagne vendredi à Lyon a été mise en examen pour violences aggravées avec arme blanche et en raison de l'orientation sexuelle des victimes. Cinq à dix autres jeunes filles sont recherchées.

• Les données des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé en Ethiopie ont mis en évidence des "similarités claires" avec le crash d'un appareil du même type de Lion Air au large de l'Indonésie en octobre. Boeing est en train de "finaliser" le développement d'un correctif du système anti-décrochage "MCAS" dont le fonctionnement est mis en cause.

• Le PSG a dominé l'OM 3-1 au terme d'un clasico mouvementé. Lyon s'est imposé face à Montpellier 3-2. Bordeaux a été accroché par Rennes 1-1. Et Reims a battu Nantes 1-0.

Le live reprendra lundi à 6 heures.

22h48 : Focaliser sur les casseurs professionnels propres à la région parisienne, c'est oublier tous les gilets jaunes qui manifestent pacifiquement dans toute la France et qui demandent essentiellement une vraie justice sociale (cf. La grande annotation). Et ils n'ont guère participé au grand débat, comme le note Libération. Combien de temps pourront-ils rester pacifiques dans un tel mépris de leur action ?

22h47 : C'est pénible la mise en cause de la stratégie des forces de l'ordre ! Les seuls responsables du pillage de l'avenue des champs élysées sont les gilets jaunes !

22h47 : Ce sont plutôt les manifs non déclarées qui posent problème

22h47 : Triste réalité mais sans casse on obtient rien. Le smicard qui touche 100 euros de plus le doit aux gilets jaunes des premières manifestations. Je constate, c'est tout. Les puissants ne lâchent jamais rien, sauf s'ils se sentent menacés. La violence est des deux côtés.

22h46 : La promesse d'une grosse manifestation d'ici un mois environ par le "gilet jaune" Maxime Nicolle vous fait réagir. Tout comme les déclarations de deux autres figures du mouvement qui demandent des comptes à l'exécutif.

22h40 : Le déferlement de violences qu'ont connu les Champs-Elysées hier aurait-il pu être évité ? Les commerçants se posent la question. La plus belle avenue du monde était aujourd'hui sous le choc. Voici le reportage sur place de France 2.

22h07 : Bonsoir @Dan, une vidéo qui circule beaucoup sur internet laisse croire que des grenades lacrymogènes lancées par les forces de l'ordre sont à l’origine du début d'incendie au Fouquet’s, hier, lors de la manifestation des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées. Mais une autre vidéo, plus longue, atteste que le départ de feu a plutôt été provoqué par un engin pyrotechnique de type fumigène. Libération vous en dira plus.

22h07 : Bonsoir franceinfo, je vois passer des images et des commentaires laissant entendre que l’incendie de l’auvent du Fouquet’s aurait été causé par des palets de lacrymogène. Avez-vous des infos à ce sujet ? Merci !

22h00 : "On ne peut pas envisager que la population se constitue en milice", dit-il. Alors qu'une loi controversée sur le droit de manifester doit être présentée au Conseil constitutionnel, Olivier Cahn, professeur en droit pénal à l'université de Tours, s'interroge sur franceinfo sur un éventuel laxisme des forces de l'ordre face aux violences hier pendant la manifestation des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées.

21h33 : Le saccage des commerces sur les Champs-Elysées hier pose à nouveau des questions sur la stratégie de maintien de l'ordre à Paris. France 2 fait le point ce soir.

20h38 : On est en plein délire. Les gilets jaunes cassent et ensuite ils demandent des comptes et exigent des démissions. Le comble de l’irresponsabilité ! Cela suffit.

20h37 : Ils ne condamnent pas la casse ! Ils sont responsables et en plus infiltrés par les extrêmes politiques

20h37 : Le mouvement "gilets jaunes" est responsable de tous ces débordements et violences - y compris pécuniairement - car quand on organise quelque chose il faut être capable de le maîtriser et d'assumer ses responsabilités !

20h36 : Ce qu'il s'est passé à Paris hier est honteux. Autant tout au début je comprenais les demandes autant petit à petit mon avis s'effritait vues les violences, les attaques de monuments symboles, etc. Là c'est du n'importe quoi. Il est clair que la République est menacée et le soutien de certains gilets jaunes quant à ces violences est choquant d'autant que des vies de famille ont été menacées. Ça, c'est très très grave.

20h35 : La promesse d'une grosse manifestation d'ici un mois environ par le "gilet jaune" Maxime Nicolle vous fait toujours autant réagir. Tout comme les déclarations de deux autres figures du mouvement qui demandent des comptes à l'exécutif.

20h16 : Cette annonce de Matignon survient à l'issue d'une réunion autour Premier ministre Edouard Philippe en présence de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de Laurent Nunez, son secrétaire d’Etat.

20h14 : "L'analyse des événements d'hier met en évidence [le dispositif de sécurité] s'est révélé insuffisant dans son exécution pour contenir ces violences et éviter les agissements des casseurs. Il faut [en] tirer toutes les conséquences", selon Matignon,

20h13 : Le gouvernement admet des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité mis en place hier à Paris, lors du 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes". Le Premier ministre Edouard Philippe fera des "propositions d'adaptation" à Emmanuel Macron lundi à 11H30, selon Matignon.

20h07 : Voici les principales informations de ce début de soirée :

• Une réunion est en cours autour du Premier ministre, au lendemain des violences qui ont émaillé le 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. Les ministres de l'Intérieur et de l'Economie devront s'expliquer devant deux commissions au Sénat mardi.

• L'adolescente placée en garde à vue après l'agression d'une gendarme et de sa compagne vendredi à Lyon a été mise en examen pour violences aggravées avec arme blanche et en raison de l'orientation sexuelle des victimes. Cinq à dix autres jeunes filles sont recherchées.

• Les données des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé en Ethiopie ont mis en évidence des "similarités claires" avec le crash d'un appareil du même type de Lion Air au large de l'Indonésie en octobre.

• Lyon s'est imposé à domicile face à Montpellier 3-2 et revient à quatre points de la deuxième place de Ligue 1 occupée par Lille. Le Rennais Niang a gâché la première de l'entraîneur Sousa à la tête des Girondins (1-1) en égalisant à la dernière minute.

20h00 : Y a-t-il eu des failles dans le dispositif de sécurité hier à Paris pour le 18e samedi de manifestation des "gilets jaunes" ? Des policiers livrent leurs explications à franceinfo.

Un gendarme démantèle une barricade lors de la 18e journée de mobilisation des \"gilets jaunes\" à Paris, samedi 16 mars 2019. 


(JONATHAN PHILIPPE LEVY / HANS LUCAS / AFP)

19h07 : Plusieurs réunions de ce type ont eu lieu depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Lors de ces réunions, le gouvernement a annoncé des mesures de soutien aux commerçants, sous forme d'étalement des charges sociales et des échéances de paiement des impôts, mais aussi d'exonérations fiscales.

19h07 : La rencontre, présidée par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, réunira des organisations patronales, les fédérations de commerçants et d'artisans, mais aussi les représentants des assureurs, d'hôteliers et de restaurateurs, selon le ministère de l'Economie.

19h07 : Une réunion sera organisée demain à Bercy, afin de faire le point sur l'impact économique du mouvement des "gilets jaunes", et en particulier sur les violences qui ont touché samedi les Champs-Elysée. Le ministère de l'Economie l'indique à l'AFP.

19h07 : Une réunion sera organisée demain à Bercy, afin de faire le point sur l'impact économique du mouvement des "gilets jaunes", et en particulier sur les violences qui ont touché samedi les Champs-Elysée. Le ministère de l'Economie l'indique à l'AFP.

19h03 : Voici les principales informations de cette fin d'après-midi :

• Une réunion est en cours autour du Premier ministre, au lendemain des violences qui ont émaillé le 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. Les ministres de l'Intérieur et de l'Economie devront s'expliquer mardi devant deux commissions au Sénat.

• L'adolescente placée en garde à vue après l'agression d'une gendarme et de sa compagne vendredi à Lyon a été mise en examen pour violences aggravées avec arme blanche et en raison de l'orientation sexuelle des victimes. Cinq à dix autres jeunes filles sont recherchées.

• Les données des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé en Ethiopie ont mis en évidence des "similarités claires" avec le crash d'un appareil du même type de Lion Air au large de l'Indonésie en octobre.

• Lyon s'est imposé à domicile face à Montpellier 3-2 et revient à quatre points de la deuxième place de Ligue 1 occupée par Lille.

18h30 : Les deux ministres seront entendus par les deux commissions réunies "sur les moyens mis en place pour faire face à ces troubles et sur les conséquences de ces nouvelles dégradations sur la situation du commerce et l'attractivité économique de notre pays". Le Sénat le précise dans un communiqué.

18h29 : Les ministres de l'Intérieur Christophe Castaner et de l'Economie Bruno Le Maire seront auditionnés mardi par les commissions des Lois et des Affaires économiques du Sénat. Ils devront s'expliquer sur les violences qui ont émaillé le 18e samedi de manifestation des "gilets jaunes" à Paris.

18h17 : C'est honteux et surtout antidémocratique !

18h17 : Il ne s’agit pas de manifestations mais d’attroupements non déclarés et non sécurisés. Les meneurs sont responsables ainsi que ceux qui les soutiennent.

18h17 : Ils organisent des manifestions illégales et demandent des comptes car ils sont pas capables de tenir leur ultras ? Sérieusement ?

18h16 : Il semble que ce sont les commerçants qui ont souffert des dégradations qui devraient demander des comptes ! Aux gilets jaunes on devrait plutôt leur donner l'addition.

18h16 : Oh les gilets jaunes...faut tout de même pas pousser !

18h18 : La promesse d'une grosse manifestation d'ici un mois environ par le "gilet jaune" Maxime Nicolle vous fait réagir. Tout comme les déclarations de deux autres figures du mouvement qui demandent des comptes à l'exécutif.

18h12 : Une réunion de crise est en cours à Matignon autour du Premier ministre Edouard Philippe au lendemain des violences qui ont émaillé le 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. La ministre de la Justice Nicole Belloubet, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et Laurent Nunez son secrétaire d’Etat sont arrivés il y a quelques minutes.

17h53 : Après ce samedi de violences sur les Champs-Elysées, un des leaders des "gilets jaunes", Maxime Nicolle, alias "Fly Rider", annonce dans une vidéo sur Facebook un nouveau "très gros acte" "dans trois ou quatre semaines" à Paris. Le Figaro s'en fait l'écho.

17h48 : Hier soir, après la manifestation des "gilets jaunes", un adolescent de 14 ans a été arrêté à Toulouse, avec son père. Ils ont passé la nuit en garde à vue. Avant d'être disculpés ce matin. France 3 Occitanie vous en dit plus.

17h13 : "Nous condamnons les violences de tous ceux qui se servent d’une mobilisation sociale pour commettre des actes inacceptables."

"Le mal-être profond ne se résoudra ni par la répression, ni par l'interdiction de manifester, ni par un appel au calme, mais par de véritables mesures politiques."

17h08 : Hayk Shahinyan, président fondateur du Mouvement alternatif citoyen (MAC), demande dans un communiqué "sans délai la démission du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner pour inaptitude à la fonction".

17h04 : "Nous demandons par ailleurs des comptes concernant le laisser aller manifeste avec les Black Blocs qui ont saccagé les Champs-Élysées... Nous ne sommes ni des parias ni des terroristes et avons le droit à toute la considération de la République, plus précisément celle d'E. Macron !"

17h12 : Thierry-Paul Valette, cofondateur des Gilets jaunes citoyens, annonce dans un communiqué sur Facebook avoir demandé "audience" à Emmanuel Macron, "une réunion de crise", pour obtenir "des acquis conséquents pour les 'gilets jaunes' et les citoyens".

16h54 : Deux responsables des "gilets jaunes" demandent "des comptes" à l'exécutif, voire la démission du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, après les violences d'hier sur les Champs-Elysées.

15h54 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à vous interroger sur des images tournées hier, lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, montrant un CRS en train de ranger des maillots dans un sac après le pillage de la boutique du PSG sur les Champs-Elysées. Pour la CGT-Police Ile-de-France, il ne s'agit pas d'un vol mais d'une procédure classique de "collecte de pièces à conviction". Contactée par franceinfo, la préfecture de police assure que l'IGPN a été saisie pour enquêter sur le sujet. Plus d'explications dans notre article.

Capture d\'écran d\'une vidéo tournée par le journaliste Rémy Buisine, samedi 16 mars 2019, sur les Champs-Elysées, à Paris. 


(REMY BUISINE / BRUT)

15h52 : Bonjour, pouvez vous verifier l’info qui dit qu’un CRS aurait volé un maillot du PSG hier pendant manif GJaune merci

15h52 : Fake news sur Twitter, l image d'un CRS qui remplit son sac de maillot du PSG . Policier pillard ?

15h51 : Des CRS auraient profité du pillage de la boutique du PSG pour voler des maillots. Le journaliste qui filmait les faits aurait reçu des coups. Info ou intox ?

15h00 : Voici les contenus que vous consultez le plus sur franceinfo aujourd'hui :

Notre récit de la 18e journée de mobilisation des "gilets jaunes", marquée par des violences inédites à Paris depuis le mois de décembre.


Un manifestant avenue des Champs-Elysées, à Paris, samedi 16 mars. 


(MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY)


Notre article montrant les différentes enseignes des Champs-Elysées pillées et incendiées lors de la manifestation des "gilets jaunes", hier à Paris.


Le Fouquet\'s a été complément saccagé dans la matinée avant de voir son auvent incendié dans l\'après-midi, samedi 16 mars 2019. 


(ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)


Notre portrait de Virginie Vulic, 57 ans, qui enseigne seule dans l'école primaire de Blauvac (Vaucluse).


Virginie Vulic, enseignante et directrice de l\'école unique de Blauvac (Vaucluse), dans sa classe, le 7 février 2019. 


(AURIANE GUERITHAULT / FRANCEINFO)

14h53 : Bonjour @anonyme, voici notre article sur ce sujet. La plaque commémorative du policier Xavier Jugelé, tué lors d'un attentat sur les Champs-Elysées en avril 2017, a été taguée et dégradée hier, lors de la manifestation des "gilets jaunes" hier. Un autocollant "Action antifasciste" y a été collé, et un A majuscule entouré d'un cercle, symbole de l'anarchisme, a été tagué sur cette plaque.

14h52 : Aucun article sur la profanation de la plaque du policier Xavier Jugelé ?

14h45 : 29 personnes – 20 policiers et 9 gendarmes – ont été blessées parmi les forces de l'ordre, a précisé la préfecture de police. Un pompier a également été blessé.