DIRECT. "Gilets jaunes" : regardez les débats sur la motion de censure à l'Assemblée nationale

Certains "gilets jaunes" appellent à maintenir la pression sur l'exécutif et prévoient un "acte 5", samedi.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Le Rassemblement national votera la motion de censure contre le gouvernement et avec la gauche au sujet de la gestion du gouvernement de la crise des "gilets jaunes", annonce Sébastien Chenu, porte-parole du parti, jeudi 13 novembre. Dans leur motion, les députés de gauche – socialistes, communistes, Insoumis – estiment que les annonces faites par le président Emmanuel Macron, "ni justes, ni responsables, ne sont pas de nature à répondre à la colère et aux revendications des Français".

Un appel à manifester maintenu. Un collectif de "gilets jaunes" appelle à manifester samedi, lors d'une conférence de presse donnée à Versailles (Yvelines). "Nous, 'gilets jaunes', exigeons une baisse sérieuse de toutes les taxes sur tous les produits de première nécessité : énergie, logement, produits alimentaires, vêtements... Ainsi qu'une baisse significative de toutes les rentes, salaires, privilèges, retraites actuelles et futures des hauts fonctionnaires", a déclaré Priscillia Ludosky. Pourtant, après l'attentat à Strasbourg, les autorités et certains manifestants ont appelé à une trêve du mouvement. 

Le gouvernement appelle à ne pas manifester samedi. "A ce stade, nous n'avons pas décidé d'interdire les manifestations qui se tiennent samedi" dans toute la France, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sur CNews. Mais le gouvernement appelle les "gilets jaunes" à être "raisonnables" après l'attentat de Strasbourg et à "ne pas manifester".

Un "gilet jaune" tué à Avignon. Un manifestant de 23 ans a été tué, dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 décembre, après avoir été percuté peu après minuit par un poids lourd à un rond-point près d'une sortie d'autoroute à Avignon (Vaucluse).

Motion de censure à l'Assemblée. Le gauche soumet Edouard Philippe, pour la deuxième fois depuis son arrivée à la tête du gouvernement, à l'épreuve d'une motion de censure. Socialistes, communistes et insoumis n'ont cependant aucune chance de faire tomber le gouvernement, ces élus totalisant 62 voix, loin de la majorité des 577 députés.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

20h57 : Onze personnes "se présentant comme des 'gilets jaunes'" ont été interpellées cette nuit en Saône-et-Loire, a annoncé le préfet du département. Six d'entre elles ont été placées en garde à vue. Elles bloquaient un rond-point sur la commune de Saint-Remy, où "près de 200 camions" ont été immobilisés pendant plusieurs heures.

20h30 : Ce soir, "Envoyé spécial" diffuse deux sujets consacrés aux "gilets jaunes", dont un se concentre sur la place importante prise par les femmes dans le mouvement. Voici un extrait, avant de suivre l'émission dans ce direct à 21 heures.

19h50 : Bonsoir @anonyme. Cette motion de censure contre le gouvernement avait été déposée par les trois groupes de gauche pour protester contre les réponses données au mouvement des "gilets jaunes". Dans le texte, ils exigeaient de "changer de cap" et estimaient que les annonces d'Emmanuel Macron n'étaient "pas de nature à répondre à la colère et aux revendications des Français".

19h49 : Quelle relation avec les "gilets jaunes" ?

19h45 : Les différents groupes politiques étaient appelés à s'exprimer avant ce vote. Le débat été particulièrement houleux lors du passage d'Olivier Faure, premier secrétaire du PS, qui a accusé la majorité "d'utiliser le drame [de Strasbourg] pour mieux cacher la crise", en ne reportant pas le débat sur la motion de censure. Le président de l'Assemblée, Richard Ferrand, lui a répliqué, assurant que son groupe n'avait pas demandé ce report.

19h44 : Cette motion de censure, dont l'adoption aurait entraîné la démission du gouvernement, avait été déposée mardi par les groupes PS, La France insoumise et PCF, qui regroupent 62 députés. Le Rassemblement national avait annoncé que ses députés, au nombre de 6, voteraient aussi le texte. Au total, elle a reçu 70 votes favorables, alors que la majorité requise était de 289 voix sur 577 députés.

19h36 : La motion de censure contre le gouvernement a été rejetée sans surprise, mais votée par 70 députés.

19h10 : A Challans (Vendée), c'est une balade de pères Noël à moto dont le préfet demande le report ou l'annulation "pour des raisons de sécurité". Des "gilets jaunes" ont annoncé leur intention de s'y rendre.

19h11 : A Besançon (Doubs), des "gilets jaunes" ont interrompu le conseil municipal, dénonçant notamment les violences policières. Le maire de la ville rencontrera une délégation lundi. En attendant, L'Est républicain publie une vidéo de leur irruption.

19h01 : La séance est suspendue à l'Assemblée nationale. On devrait connaître le résultat du vote sur la motion de censure contre le gouvernement à 19h30.

18h41 : La concertation annoncée par Emmanuel Macron lundi soir, pour répondre à certaines demandes des "gilets jaunes", comprendra-t-elle un volet sur l'immigration ? C'est ce qu'annonçait l'Elysée hier, mais des observateurs ont noté qu'Edouard Philippe, devant l'Assemblée tout à l'heure, ne l'a pas évoqué comme une question à part entière, note le JDD. Hier, devant une association, il avait déjà parlé de quatre axes et non cinq.

18h35 : "Non, ce n'est pas un projet de vie de survivre. Ceux qui s'étonnent de la poursuite du mouvement (...) disent 'il faut revenir à la normale', mais c'est la normale et l'ordinaire qui est l'insupportable de ces vies-là."

Jean-Luc Mélenchon défend devant l'Assemblée nationale la poursuite du mouvement des "gilets jaunes", y compris après l'attentat de Strasbourg : "La démocratie de la France n'est pas à la disposition d'un assassin". Vous pouvez regarder son discours en direct sur LCP.

18h27 : A la tribune de l'Assemblée nationale avant le vote de la motion de censure contre le gouvernement, Jean-Luc Mélenchon vient de demander une minute de silence pour "les personnes mortes dans leur engagement citoyen de 'gilets jaunes'".

17h53 : Jusque-là, le gouvernement assurait que la baisse des cotisations sociales, déjà mise en œuvre en 2018, devait compter à hauteur de 20 euros parmi les 100 euros de hausse du smic annoncée. Le reste de la hausse devait être dû à l'accélération de la hausse de la prime d'activité, comme nous vous l'expliquions dans cet article.

17h57 : Tout cela devient très difficile à comprendre. A propos de la hausse de 100 euros pour les salariés au smic, Edouard Philippe a affirmé devant les députés : "ces 100 euros viennent s'ajouter à la baisse des cotisations mise en œuvre en 2018. Ce qui veut dire que la hausse sera plutôt de l'ordre de 125 euros." Voici la séquence :

17h36 : Ne vous excusez pas, cher @anonyme. Prévue par la Constitution, la motion de censure résulte de l'initiative d'un groupe de députés qui veulent renverser le gouvernement auquel ils s'opposent. Pour être déposée, elle doit rassembler un dixième des membres de l'Assemblée nationale, c'est-à-dire 58 signatures.

Une fois déposée, une discussion et un vote ont lieu à l'Assemblée dans les 48 heures qui suivent. Pour être adoptée, la motion de censure doit réunir les voix de la majorité des députés, soit 289. Si cette barre est atteinte, le Premier ministre présente la démission de son gouvernement.

16h40 : André Chassaigne revient maintenant sur l'arrestation polémique de Mantes-la-Jolie. "Les images de ces adolescents, agenouillés les mains sur la tête, ont écorné l'image de notre pays, berceau des Droits de l'Homme" , a-t-il affirmé.

16h38 : "Votre pouvoir est indifférent et méprisant face à son propre peuple."

C'est André Chassaigne qui ouvre le bal à l'Assemblée nationale. A la tribune, le député communiste fustige "une pratique verticale du pouvoir" dans la crise des "gilets jaunes".

16h33 : Les débats sur la motion de censure du gouvernement commencent. Ils sont à suivre en direct ici.

15h56 : Les députés socialistes, communistes et insoumis, désormais rejoints par les élus frontistes, n'ont cependant aucune chance de faire tomber le gouvernement. Ils totalisent 68 voix au total, loin de la majorité des 577 députés.

16h01 : Bonjour cher @anonyme. La motion de censure sera soumise au vote des députés ce soir. Premier signataire, André Chassaigne (PCF) ouvrira à 16H30 les débats, qui s'achèveront en fin de journée par un scrutin dont les résultats ne devraient pas être connus avant 19h30.

15h53 : Bonjour, quand se tient le vote de la motion de censure ? Et quel est l'état des forces en présence pour ce vote ? Merci

15h50 : "Aucun pays n'avance s'il n'entend pas" la "colère légitime" du peuple, affirme Emmanuel Macron en marge du sommet européen.

15h37 : "Si cette censure avait été déposée par le pape, nous l'aurions votée de la même façon qu'elle est déposée par la gauche."

15h32 : Les députés Rassemblement national vont voter la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement, annonce sur BFMTV Sébastien Chenu, le porte-parole du parti.

15h18 : Un "projet de loi" avec les mesures annoncées par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée sera présenté jeudi en Conseil des ministres, annonce Edouard Philippe devant les députés.

13h49 : Un avis partagé par le député La France insoumise en Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel. "Je ne vois pas en quoi les 'gilets jaunes' devraient ralentir leur mouvement en fonction de ce qu'il s'est passé à Strasbourg, a-t-il affirmé à franceinfo. Je pense que la meilleure réponse à apporter (...) c'est que notre pays ne cède en rien à sa manière de vivre, à la démocratie et à la confrontation sociale."

13h45 : Vous en doutiez? Ne pas manifester c'est céder au chantage terroriste. Par ailleurs pas de manifestation c'est aussi pas de clients dans les magasins. Seuls les relais du pouvoir ont pu envisager une telle stupidité. La démocratie c'est la liberté de manifester et d'aller et venir dans la rue. Décourager les manifestants pour raisons de sécurité c'est vider également les commerces de leurs clients. Y a t'il pire ineptie?

13h45 : merci Mme Ludosky

13h45 : Super! Rien n'arrêtera ce mouvement

13h45 : Ce n est pas le moment des revendications et des exigences!!!

13h44 : Ou comment aller dans le mur....

13h44 : Décision irresponsable

13h35 : "Nous, 'gilets jaunes', exigeons une baisse sérieuse de toutes les taxes sur tous les produits de première nécessité : énergie, logement, produits alimentaires, vêtements... Ainsi qu'une baisse significative de toutes les rentes, salaires, privilèges, retraites actuelles et futures des hauts fonctionnaires."


Avec Maxime Nicolle, une autre figure des "gilets jaunes", Priscillia Ludosky donnait une conférence de presse à Versailles (Yvelines).

13h33 : L'appel à manifester samedi est maintenu, affirme Priscillia Ludosky, l'une des premières porte-parole des "gilets jaunes".

12h36 : Le procureur annonce aussi la tenue d'une conférence de presse, à 17 heures. Elle sera évidemment à suivre dans ce live. En attendant, voici notre article.

12h36 : "Ces trois personnes présentées au parquet en vue [de l'ouverture] d'une information judiciaire sont deux mineurs et un majeur, tous originaires du Puy-en-Velay."

12h33 : Trois personnes ont été présentés au parquet du Puy-en-Velay, ce matin. Ils sont suspectés d'avoir participé à l'incendie de la préfecture de la Haute-Loire en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" le 1er décembre.

11h52 : A Vesoul, en Haute-Saône, une maison des "gilets jaunes" devrait voir le jour en centre-ville. Les "gilets jaunes" ont déposé les statuts d'une association pour continuer le combat sous une autre forme. France 3 Bourgogne Franche-Comté vous en dit plus.

11h29 : En raison du climat autour des manifestations des "gilets jaunes", des clients ont retardé leurs achats de Noël. Les commerces comptent beaucoup sur la dernière ligne droite, avant les fêtes, pour rattraper le retard, comme le montre le reportage de franceinfo.

(MAXPPP)


11h09 : C'est l'une des conséquences des blocages routiers des "gilets jaunes" qui compliquent l'approvisionnement : les ventes d'huîtres sont en baisse de moitié depuis trois semaines en Charente-Maritime. Le président du Comité régional conchylicole craint pour la survie de certaines entreprises ostréicoles.

10h48 : Laurent Berger juge qu'il serait "de bon ton" que les "gilets jaunes" ne manifestent pas samedi. "C'est à ceux qui organisent de dire ce qu'ils entendent faire. Mais on voit bien l'extrême fatigue des policiers, de ces agents publics (...) Ce serait de bon ton de ne pas surcharger les barques", a déclaré le secrétaire général de la CFDT sur RFI.

10h50 : e match Marseille-Bordeaux, prévu dimanche, est reporté à son tour

10h27 : Transition écologique, fiscalité, services publics, immigration et débat démocratique : l'exécutif a retenu cinq thèmes pour le futur grand débat local annoncé par Emmanuel Macron, pour répondre à la crise des "gilets jaunes". Mais la question autour de l'immigration est déjà contestée, notamment par le dirigeant de la CFDT.