Un collège de cinq garants va être nommé pour assurer l'impartialité du grand débat national, annonce Matignon

Cinq personnalités vont être nommées par le gouvernement et les différentes assemblées constitutionnelles.

Edouard Philippe, le 9 janvier 2019 au palais de l\'Elysée, à Paris.
Edouard Philippe, le 9 janvier 2019 au palais de l'Elysée, à Paris. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

"Indépendants du gouvernement et reconnus pour leur engagement au service de l'intérêt général, ils s'assureront de l'impartialité et de la transparence de la démarche". Un collège de cinq garants va être désigné afin de garantir "l'indépendance" du grand débat national voulu par Emmanuel Macron pour répondre à la crise des "gilets jaunes", a annoncé Matignon dans un communiqué, lundi 14 janvier. L'exécutif annoncera vendredi le nom de deux de ces garants. Trois autres personnalités seront désignées le même jour par l'Assemblée nationale, le Sénat, et le Conseil économique, social et environnemental. 

Emmanuel Macron sur le terrain. Dès mardi, le chef de l'Etat, empêtré dans la crise des "gilets jaunes", doit lancer ce grand débat national depuis une petite commune de l'Eure, Grand Bourgtheroulde, aux côtés de 600 maires et élus de Normandie. Il multipliera ensuite les déplacements pendant deux mois pour inciter les Français à se saisir de l'opportunité de dialoguer et "rendra compte directement" du débat dans le mois suivant la fin de cette consultation.

La consultation est contestée avant même d'être lancée. Pour Benjamin Cauchy, porte-parole des "gilets jaunes libres", l'issue du débat "est déjà connue. 'Circulez y a rien à voir', nous dit Emmanuel Macron. Quel manque de respect""Le grand débat ? Une grande diversion", a tancé de son côté le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, dimanche soir sur Twitter. "On refait le débat de la présidentielle mais le gouvernement fixe les conclusions".

 Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting  pour franceinfo et Le Figaro, publié la semaine dernière, 81% des Français ont entendu parler du débat, mais 77% estiment qu'il ne sera pas mené "de façon indépendante du pouvoir" et 70% s'attendent à ce qu'il ne soit pas utile pour le pays. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GRAND_DEBAT

23h34 : La ville de Paimpol a déjà lancé les concertations avant même le lancement du grand débat national. L'occasion de voir des habitants évoquer un sentiment "d'injustice sociale", comme l'a constaté France 2.

(FRANCE 2)

23h29 : "On voit défiler dans les médias, à l'Assemblée nationale, beaucoup de gens qui disent : 'le débat est inutile'. Pourtant, ils le réclament à cor et à cri à chaque fois qu'ils en ont l'occasion".

Sur franceinfo, le député Sacha Houlié a défendu les modalités d'organisation du grand débat national. "Tout le monde a intérêt" à ce que cela "se déroule dans les meilleures conditions", estime-t-il.

22h40 : Bonsoir @anonyme. Dès demain , vous pourrez accéder à la liste des débats organisés dans votre région sur le site lancé par le gouvernement. Par ailleurs, deux numéros verts permettront également d'obtenir des renseignements sur les évènements organisés près de chez vous. Il s'agit du 0 800 97 11 11 pour la France métropolitaine et du 01 82 71 03 39 pour l'Outre-Mer.

22h40 : Comment sait-on dans quel lieu de notre commune sera organisé le grand débat ?

22h39 : Bonsoir @anonyme. La plate-forme www.granddebat.fr doit ouvrir demain. Vous pouvez déjà vous inscrire sur le site pour être prévenu de son ouverture. Il vous permettra notamment de déposer des contributions pour participer au débat. Toutes les modalités de fonctionnement de ce grand débat national sont à retrouver dans notre article.

22h30 : La plateforme n’est pas encore ouverte ?!

21h51 : Bonsoir @jujucgt63. Normalement, ces fiches seront disponibles dès demain sur le site www.granddebat.fr. Il vous faudra pour cela vous enregistrer comme organisateur d'un débat, si je comprends bien le communiqué de Matignon.

21h51 : Bonsoir, l'ensemble de ces fiches devraient être accessibles à toutes et tous, non? Ce serait un début de démocratie et de transparence ou au moins un repoussoir au repli du chacun chez soi...

21h40 : Vous êtes nombreux à poser des questions sur l'organisation du grand débat national. On en sait enfin davantage sur l'organisation de ce débat grâce à un communiqué de Matignon. Durée, lieux, coordination... Pour tout savoir de ce débat qui s'ouvre demain, voici l'article qu'il vous faut.




(MAXPPP)

21h40 : Bonsoir on n'arrête pas de parler du » grand débat» Mais qui débat? Entre qui et qui? Quand ?Lorsque les doléances auront été filtrées par les maires, puis les préfets et les conseillés de l'Elysée, ce qui restera sera débattu par qui? Merci.

21h40 : En toute franchise, depuis plusieurs jours, je cherche a savoir comment participer au grand débat national en tant que simple citoyen et je ne comprends pas tout. Un petit récapitulatif ?? Merci

21h40 : Comment participer au grand débat si on est établi hors de France ?

21h06 : "Le débat n'est pas placé sous contrôle de deux membres du gouvernement."

Interrogée sur RTL, Emmanuelle Wargon, nommée avec Sébastien Lecornu pour animer le grand débat national, voit dans ce débat l'"opportunité de renouer les fils du dialogue".

20h44 : Dans sa lettre, Emmanuel Macron reste inflexible sur l'ISF. Le chef de l'Etat a exclu de réinstaurer l'impôt de solidarité sur la fortune, comme le réclament de nombreux "gilets jaunes" depuis plusieurs semaines. Plus de détails dans notre article.

20h42 : Bonsoir @anonyme. Emmanuel Macron a publié sa lettre aux Français, hier soir, dans la presse régionale et sur les réseaux sociaux. Franceinfo vous propose de retrouver le contenu en intégralité, un résumé et toutes les questions posées par le président de la République.

20h42 : Bonsoir France Info. Par quel biais allons nous recevoir la lettre du Président ? Où la lire en intégralité ? Merci.

20h24 : Pour l'organisation du grand débat national, qui s'ouvre demain, l'exécutif a préparé des kits territoriaux. Ces kits, à l'attention des organisateurs locaux des débats, sont munis de fiches méthodologiques et de fiches territoriales, dont franceinfo vous dévoile un exemplaire.



(ICGET.CGET.GOUV / FRANCEINFO)

20h35 : Bonsoir @anonyme. Effectivement, la fondation Jean Jaurès, proche du PS, a analysé les profils Facebook de deux des principaux meneurs des "gilets jaunes" : Eric Drouet et Maxime Nicolle. Selon cette étude relayée par Le Nouvel Obs, Eric Drouet serait un "factieux en puissance" dont le "but affiché est de renverser un gouvernement élu". De son côté, Maxime Nicolle a régulièrement adopté les codes complotiste.

20h20 : Bonsoir. Il semblerait que la fondation Jean Jaurès vient de publier une très intéressante étude sur deux principaux responsables des Gilets Jaunes. Pourriez vous SVP vous informer sur cette étude et nous en parler. D’avance merci.

19h58 : Participer ? Pourquoi pas, c'est bien d'avoir la parole. Mais sans aucune illusion : c'est piloté par deux ministres, et pas une autorité indépendante.Rien de ce que nous pourrions proposer ne sera repris si c'est pas dans le programme de Macron.

19h58 : Encore un moyen de berner et d’etouffer le mouvement gilet jaune. Depuis deux mois, les revendications ont été formulées. Il n’y a plus rien a rajouter. Que propose le gouvernement ? Pas grand chose, si non un débat tampon ??? Une grande manœuvre politique. En attendant le pouvoir d’achat du peuple et surtout des classes moyennes diminue.

19h58 : Un débat pipé d'avance

19h58 : Le grand débat étant censé commencer demain, ça promet...

19h58 : Dans les commentaires, les modalités d'organisation de ce grand débat national ne vous convainquent pas.

19h58 : A partir du 1er mars, des Conférences citoyennes régionales seront organisées, ajoute le communiqué de Matignon. Des Français tirés au sort dans chaque région et des représentants de diverses parties prenantes pourront participer à l’élaboration de pistes concrètes, assure le gouvernement.

19h59 : Toujours sur cette plateforme, si vous souhaitez organiser un débat, vous aurez accès à un kit méthodologique, des fiches de présentation des thèmes mis au débat et des fiches thématiques pour éclairer les réflexions collectives durant les réunions.

19h46 : Dans un communiqué, Matignon a donc précisé les conditions d'organisation du grand débat national. Sur le site www.granddebat.fr, vous pourrez directement déposer vos contributions. Sur ce site, dès demain, vous aurez aussi accès à la liste des débats organisés dans votre région et vous pourrez vous enregistrer si vous souhaitez organiser un débat.

19h25 : Le Premier ministre précise que les noms des personnes constituant ce collège de garants seront dévoilés vendredi.

19h23 : "J'ai précisé les conditions d'organisation de ce débat afin que chaque Français puisse s'exprimer."

Edouard Philippe s'exprime en ce moment même. Il assure que ce collège de garants doit garantir des "conditions d'indépendance, d'impartialité".

19h21 : Le gouvernement indique également qu'il va proposer à toutes les formations politiques représentées à l’Assemblée ou au Sénat "de participer à un comité de suivi, chargé de veiller au plein respect du principe de pluralisme".

19h21 : "Ce collège des garants sera composé de cinq membres - deux désignés par le gouvernement et trois désignés respectivement par le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat et le président du Conseil économique, social et environnemental", précise le communiqué de Matignon.

19h16 : Cinq "garants" vont être nommés pour "garantir l'indépendance" du grand débat, annonce Matignon.

16h19 : De son côté, Eric Drouet explique dans une vidéo Facebook vouloir se protéger juridiquement en empêchant le nom La France en Colère (auquel il est associé par sa page Facebook) d'être utilisé pour inviter à des manifestations non déclarées (comme ce samedi à Bourges). Il doit justement être jugé le 15 février pour "organisation d'une manifestation sans autorisation". S'il reconnaît certains "désaccords" entre lui, Priscillia Ludosky ou les autres "gilets jaunes", il assure que "le principal c'est qu'on soit tous dans la rue".

16h03 : "Alors que ce mouvement est déjà attaqué par des opportunistes, des politiques, des individus mal intentionnés et des guerres inutiles mettant en lumière les problèmes d'ego de certains", écrit aussi Priscillia Ludosky dans ce message.


16h05 : "Je suis enfin libre de pouvoir dire que je ne travaille plus avec Éric Drouet depuis des semaines en raison de son comportement".


Sur les réseaux sociaux, Priscillia Ludosky, l'une des principales figures des "gilets jaunes", accuse Eric Drouet, autre leader du mouvement, de "menaces" autour de leur désaccord sur l'utilisation du nom La France en Colère (à la fois le nom de la page Facebook lancée par Eric Drouet, et du groupe de réflexion auquel participe Priscilla Ludosky).

15h49 : Bonjour @Lefranch, vous n'êtes pas le seul à me poser cette question. Nous avons compilé tout ce que l'on sait déjà à ce sujet dans ce mode d'emploi. Mais Edouard Philippe doit prendre la parole d'ici ce soir pour préciser les modalités du grand débat national. Je vous tiendrai au courant dans ce direct dès que nous en saurons plus.

15h47 : Bonjour France Info, et merci pour votre travail d’info au quotidien. Pouvez-vous me dire à partir de quand, et selon quelles modalités je pourrai donner mon avis à la consultation citoyenne?

15h48 : Dans sa lettre aux Français diffusée hier, Emmanuel Macron exclut notamment de revenir sur la suppression de l'impôt sur la fortune. La semaine dernière, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait aussi exclu d'ouvrir la discussion sur le mariage pour tous, l'IVG et la peine de mort.

15h48 : "Nous déconseillons fortement de préciser publiquement avant le débat les 'lignes rouges', c'est-à-dire les propositions que le gouvernement refusera quoi qu'il advienne de prendre en compte, et plus encore les sujets dont il ne veut pas débattre"

Dans son rapport de fin de mission, la CNDP, qui avait été saisie mi-décembre par le Premier ministre pour préparer le débat, juge qu"une telle position (...) videra les salles ou radicalisera les propositions".

15h37 : Près d'un Français sur deux a l'intention de participer au grand débat lancé par Emmanuel Macron, mais ils ne sont qu'un peu moins d'un tiers à penser qu'il permettra de sortir de la crise des "gilets jaunes", selon un sondage OpinionWay publié aujourd'hui. Nous vous en disons plus dans cet article.

15h23 : "On n'a pas prononcé le mot de quotas" d'immigrés mais "il n'y a pas de tabou là-dessus" pour le grand débat national.


"Voilà des années que la question de l'immigration empoisonne le débat public français car on refuse de le traiter autrement que de manière simpliste et démagogique", a estimé sur franceinfo Gilles Le Gendre.

14h34 : Les contenus que vous consultez le plus sur notre site en ce moment sont tous liés à la lettre d'Emmanuel Macron aux Français, dévoilée hier soir :

La lettre ouverte d'Emmanuel Macron aux Français

(POOL NEW / X80003)

Le résumé de la lettre d'Emmanuel Macron aux Français

(BENOIT TESSIER / REUTERS)

Les 32 questions qu'Emmanuel Macron pose aux Français dans sa lettre

(ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

12h44 : Mais l'entourage du ministre de l'Environnement a immédiatement assuré que ces noms n'étaient pas "confirmés". Le nom de Nicole Notat a par ailleurs été démenti à franceinfo par Matignon.

12h41 : Petit couac. Le ministre de l'Environnement, François de Rugy, a annoncé il y a quelques minutes à Bordeaux que Nicole Notat (ex-CFDT) et Jean-Paul Bailly (ex-La Poste) seraient les deux "personnalités indépendantes" chargées d'animer le grand débat national aux côtés des ministres Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon.

11h25 : Bonjour @anonyme. Chantal Jouanno a annoncé mardi dernier qu'elle se retirait du pilotage du grand débat national, mais pas qu'elle quittait son poste à la tête de la CNDP. Cette autorité administrative indépendante, qui existe depuis 1995, a d'autres missions et organise des débats publics sur de nombreux autres sujets, souvent plus locaux, comme le détaille son site.