Des "gilets jaunes" blessés par des tirs de grenade vont porter plainte

Au moins une dizaine de manifestants portent plainte, dont un homme qui a eu la main arrachée. 

Des affrontements sur la place de l\'Etoile, lors de la manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 1er décembre 2018.
Des affrontements sur la place de l'Etoile, lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

Au moins une dizaine de "gilets jaunes" qui affirment avoir été "blessés" ou "mutilés" par des tirs de grenade lors des manifestations du 24 novembre et du 1er décembre à Paris vont déposer des plaintes simultanées, ont annoncé cinq avocats, mercredi 5 décembre. Parmi eux figure Gabriel, un jeune homme de 21 ans qui a perdu deux doigts dans l'explosion d'une grenade, le 24 novembre. 

"L'usage de ces armes contenant des explosifs, qui a causé de très nombreuses blessures par le passé, sera également dénoncé afin d'obtenir du gouvernement qu'elles soient retirées de l'arsenal du maintien de l'ordre", précise le communiqué des avocats. Ces derniers ciblent principalement les GLI-F4, des grenades lacrymogènes assourdissantes qui contiennent une charge de TNT, utilisées dans les cas de violences extrêmes ou d'émeutes.