Brigitte Jullien, la cheffe de la "police des polices", "réfute totalement le terme de violences policières"

La patronne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a accordé un entretien au "Parisien", jeudi.

Brigitte Jullien, la directrice de l\'Inspetion générale de la police nationale, au ministère de l\'Intérieur, le 13 juin 2019.
Brigitte Jullien, la directrice de l'Inspetion générale de la police nationale, au ministère de l'Intérieur, le 13 juin 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des violences policières ont-elles été commises lors des manifestations des "gilets jaunes" ? "Je réfute totalement le terme de violences policières", déclare Brigitte Jullien, la directrice de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), dans un entretien au Parisien publié jeudi 13 juin.

"Il y a eu des blessures commises à l’occasion de manifestations durant lesquelles la police a fait usage de la force. Notre travail est de chercher à savoir si cet usage était légitime et proportionné, explique la patronne de la "police des polices". Nous devons évaluer la proportionnalité et la légalité de la riposte. Il y a peut-être eu des situations où cela n’a pas été le cas. Mais il est encore trop tôt pour le dire", ajoute-t-elle.

Encore aucun policier suspendu

Interrogée sur l'absence de suspension de policier, Brigitte Jullien répond que "pour qu’il y ait suspension, il faut qu’il y ait faute". Elle rappelle qu'"à ce jour, aucune enquête n’a permis de conclure que la responsabilité d’un policier était engagée à titre individuel". Mais elle n'écarte pas une telle éventualité : "Cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas."

En mars, lors d'une réunion du grand débat national, Emmanuel Macron a jugé "inacceptable dans un Etat de droit" de parler de violences policières. Il a affirmé qu'il "refusait" cette expression pour décrire les blessures "malheureusement" subies par des participants au mouvement des "gilets jaunes".