Cet article date de plus de cinq ans.

Belfort : une partie de l'activité du site historique d'Alstom transférée en Alsace

Alstom Transport va supprimer d'ici deux ans 400 emplois sur son site historique de Belfort, rapporte ce mercredi France Bleu Belfort-Montbéliard et transférer une partie de son activité en Alsace. Le député-maire, Damien Meslot demande un rendez-vous en urgence avec le PDG d'Alstom et le ministre de l'Economie et des Finances. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine d'Alstom à Belfort (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Alstom Transport va supprimer d'ici deux ans 400 emplois sur son site historique de Belfort. L'industriel va délocaliser le service production sur son site alsacien de Reichshoffen. Il ne restera plus à Belfort qu'une centaine de personnes pour la maintenance et la réparation. Il n'y aura pas de plan social, affirme la direction du groupe. Alstom s'engage à accompagner les salariés qui ne souhaiteraient pas quitter leur région. De son côté la municipalité a annoncé que la mise en place d'une cellule de reclassement était envisagée. 

Le député-maire de Belfort en appelle au ministre de l'Economie 

Le député-maire de Belfort, Damien Meslot demande un rendez-vous en urgence avec le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge et Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances. Il s'est dit "surpris" de la décision de l'industriel. 

Du côté des salariés, "c'est la douche froide" a réagi Olivier Kohler, délégué CFDT Alstom transport. "On savait que notre avenir n'était pas assuré mais on s'attendait pas à ce que la direction prenne une décision aussi brute" explique t-il. 

"C'est la douche froide pour les salariés" Olivier Kohler, délégué CFDT Alstom Transport
écouter

L'annonce intervient alors que le constructeur a annoncé un partenariat avec la SNCF pour la création de la nouvelle génération de TGV.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.