Transport : le car, un marché en pleine expansion

Quel bilan pour les cars Macron lancés en 2015 ? Ils devaient offrir une alternative moins chère au train. Avec près de 9 millions de passagers l'an passé, c'est un beau succès. Mais dans les faits, les principaux opérateurs ne sont pas rentables.

FRANCE 3

Les voyageurs, toujours plus nombreux, ont désormais le choix entre des centaines de destinations à travers toute l'Europe et vers la plupart des villes de France. Chaque jour, 23 400 passagers empruntent ces bus. Et notamment la première ligne de France, celle qui rallie Paris à Lille (Nord).

L'objectif des 10 000 emplois loin d'être rempli

Les cars verts de l'Allemand Flixbus côtoient les bleus de Ouibus. En quatre ans, le marché s'est concentré, passant de six compagnies à deux. Car en France, même si l'activité augmente, elle n'est pas encore rentable. L'achat d'une flotte de bus coûte cher. Et pour le moment, les cars ne sont remplis qu'à la moitié de leur capacité. Pourtant, le patron de Blablacar, spécialiste du covoiturage, a fait le pari de racheter Ouibus. Le secteur emploie à peine plus de 2 500 salariés, 87% d'entre eux sont des chauffeurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'UFC-Que Choisir a assigné en justice deux des principaux acteurs des \"cars Macron\", Ouibus et Flixbus, leur reprochant des conditions générales \"abusives\" voire \"illicites\".
L'UFC-Que Choisir a assigné en justice deux des principaux acteurs des "cars Macron", Ouibus et Flixbus, leur reprochant des conditions générales "abusives" voire "illicites". (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)