Saint-Nazaire : l'État nationalise temporairement les chantiers navals STX

L’État a tranché. Pour poursuivre les négociations avec le potentiel repreneur italien, l'État a choisi de nationaliser temporairement les chantiers navals de Saint-Nazaire.

Le mot n'est pas prononcé, mais c'est bien une nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire dont il s'agit. Bruno Le Maire l'a annoncé ce jeudi, et selon lui, elle sera temporaire. "La décision de préemption que nous venons de prendre est une décision temporaire. Elle doit nous donner le temps de négocier dans les meilleures conditions possible la participation de Fincantieri aux chantiers navals de Saint-Nazaire", a souligné le ministre de l'Économie.

Des salariés partagés

À la sortie de l'usine, les salariés sont hésitants. "Que ce soit nationalisé, ça nous réconforte un peu", se réjouit l'un d'entre eux au micro de France 3. "Qu'est-ce qui va se passer après, ils vont nous vendre à qui après parce qu'ils ne vont pas garder les parts entièrement", s'interroge un second.


En 2016, après la liquidation du propriétaire coréen STX, un seul repreneur s'était présenté, l'Italien Fincantieri. Il voulait devenir l'actionnaire majoritaire. Un accord remis en cause par Emmanuel Macron, qui voudrait un contrôle partagé. Incompréhensible pour les Italiens. Mardi, Bruno Le Maire sera à Rome pour reprendre les négociations au plus vite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site de construction de l\'\"Oasis 4\", le 20 octobre 2016 à Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), tout près de Saint-Nazaire.
Le site de construction de l'"Oasis 4", le 20 octobre 2016 à Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), tout près de Saint-Nazaire. (LOIC VENANCE / AFP)