Il n'y a qu'un seul candidat à la reprise du chantier naval STX de Saint-Nazaire

La maison mère des chantiers, STX Offshore and Shipbuilding, a été placée en redressement judiciaire. Le tribunal sud-coréen en charge du dossier n'a reçu qu'une seule offre de reprise. Et il n'a pas indiqué le nom de cet éventuel repreneur.

Le chantier naval STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 20 octobre 2016.
Le chantier naval STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 20 octobre 2016. (LOIC VENANCE / AFP)

Les repreneurs ne se bousculent pas pour sauver le chantier naval STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Une seule offre de reprise a été soumise au tribunal sud-coréen qui examine la procédure de redressement judiciaire de sa maison mère STX Offshore and Shipbuilding, a annoncé mardi 27 janvier un porte-parole du tribunal.

Le groupe sud-coréen se débat depuis plusieurs années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne. Les chantiers de Saint-Nazaire, détenus pour un tiers par l'Etat français, sont sa seule filiale rentable. Le groupe STX a évité de justesse la liquidation en novembre.

Réponse le 3 janvier

Tout comme STX Offshore and Shipbuilding, placé en redressement judiciaire en mai, STX France a été officiellement mis en vente par la justice sud-coréenne le 19 octobre. L'Italien Fincantieri, les chantiers néerlandais Damen ou encore le groupe asiatique Genting Hong Kong avaient montré un intérêt pour racheter les chantiers de Saint-Nazaire, dont le carnet de commande est plein.

"Mais seul un candidat a déposé son offre dans le délai imparti", a déclaré le juge Choi Ung-Young, tout en refusant de donner l'identité de ce repreneur potentiel. Il a précisé que l'offre en question était étudiée par Samil PricewaterhouseCooper, qui gère le dossier. Un porte-parole de STX Offshore and Shipbuilding a indiqué que la justice annoncerait le 3 janvier si cette offre est acceptée. "Si le prix proposé est trop bas, l'offre sera refusée et un nouvel appel d'offres sera lancé", a déclaré le porte-parole.

STX France, qui compte 2 600 salariés et fait travailler environ 5 000 sous-traitants, est en pleine forme avec un carnet de commandes très bien rempli. STX France avait été revendue à STX en 2008 par le Norvégien Aker Yards, qui l'avait racheté en 2006 à Alstom.