Bruxelles dénonce les pratiques des loueurs de voiture sur internet

Après la plainte de plusieurs consommateurs européens, la Commission européenne a adressé une lettre d'avertissement à plusieurs grands groupes de location de voiture. Ces derniers changeraient leurs tarifs en fonction du pays de résidence de l'internaute.

(Avis, Europcar et Hertz ont refusé de revoir leurs pratiques commerciales sur internet © Maxppp)

Sixt, Enterprise, Goldcar, Europcar, Hertz et Avis ont reçu un courrier officiel de la Commission européenne le 23 juillet dernier. Une lettre pour demander de cesser leurs pratiques commerciales  qui "empêchent les consommateurs d'accéder aux meilleurs offres commerciales sur internet ".

La mise en garde de Bruxelles intervient après la plainte de plusieurs consommateurs européens qui cherchaient à louer dans un autre pays de l'UE. Un Allemand a ainsi vu le prix affiché varier du simple au double alors qu'il cherchait à louer un véhicule en Grande-Bretagne.

"On a fait l'expérience avec des sites allemands, belges et espagnols. Pour louer la même voiture sur la même période en Corse, on s'est aperçu que l'écart de tarif pouvait aller jusqu'à 400 euros pour une grosse cylindrée. Ou alors, ce sont les conditions qui étaient différentes : 250 km par jour quand on passe par la centrale de réservation française contre un forfait illimité sur les sites étrangers ", explique Jean-Paul Geai, rédacteur en chef de UFC-Que Choisir.

Si la Commission européenne s'est résolu à rendre publique sa lettre d'avertissement, c'est "dans l'intérêt des consommateurs " car trois groupes ont refusé de revoir leurs pratiques : Europcar, Hertz et Avis. L'institution européenne donne à ces trois groupes jusqu'au 30 août pour communiquer sur la façon dont ils vont prendre en compte sa demande de changement.