Air France veut supprimer 2 900 postes d'ici à 2017, dont 1 700 parmi le personnel au sol

La direction de la compagnie aérienne française a annoncé, lundi, son plan de restructuration aux représentants du personnel.

Une employée d\'Air France agite un drapeau de la CGT devant un avion de la compagnie à l\'aéroport de Roissy, le 1er octobre 2015.
Une employée d'Air France agite un drapeau de la CGT devant un avion de la compagnie à l'aéroport de Roissy, le 1er octobre 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Air France a dévoilé son plan de restructuration, lundi 5 octobre, au cours d'un comité central d'entreprise exceptionnel particulièrement tendu. La compagnie aérienne française souhaite supprimer 2 900 postes d'ici à 2017, dont 1 700 parmi le personnel au sol, 900 chez les hôtesses de l'air et stewards et 300 chez les pilotes, assurent les syndicats, cités par Reuters. Francetv info récapitule ce que l'on sait de ce plan.

>> L'article à lire pour comprendre les tensions chez Air France

Près de 3 000 suppressions de postes

Comme annoncé, vendredi 2 octobre, par des sources syndicales, quelque 2 900 postes au total sont menacés chez Air France. Mais quelques précisions ont été apportées lundi : il s'agira en fait de 900 postes chez les hôtesses de l'air et non 700, comme avancé la semaine dernière, et de 1 700 postes chez le personnel au sol et non 1 900. Chez les pilotes, le chiffre reste fixe : 300 postes de navigants devraient être supprimés.

Des lignes et des avions supprimés

Air France procèdera à des réductions de fréquences sur 22 lignes en 2016 et à une "plus forte saisonnalité" sur six autres lignes, qui "n'existeront que l'été ou l'hiver par exemple", a rapporté une source syndicale. En 2017, la compagnie fermera par ailleurs cinq lignes, en Inde et en Asie du Sud-Est, ont indiqué plusieurs sources. Air France est durement concurrencée sur les long-courriers par les compagnies du golfe ou asiatiques, qui bénéficient de coûts inférieurs, et par les compagnies low cost sur les trajets courts.

Le groupe compte également supprimer quatorze avions de sa flotte long-courrier - cinq en 2016 et neuf en 2017 - et réduire de 10% son activité dans ce secteur déficitaire à 50%. L'entreprise souhaite, par conséquent, annuler sa commande de 25 Boeing 787.