Cet article date de plus de cinq ans.

Air France : peu de perturbations ce mercredi, les moyens courriers les plus touchés demain

Malgré la grève des hôtesses et stewards, ceux que l'on appelle les PNC, personnel navigant commerciaux, la direction prévoit de faire voler neuf avions sur dix en moyenne ce mercredi. Mais cela risque de ne pas s'arranger dans les jours à venir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les conséquences de la grève pourraient s'aggraver au fil des jours © IRINA KALASHNIKOVA / SPUTNIK)

Sur le papier, la grève s'annonce effectivement limitée : 92% de long-courriers volent aujourd'hui, 80% de moyen-courriers et 90% de court-courrier. Mais les conséquences pour les passagers ne sont pas négligeables : 130.000 auraient dû voyager aujourd'hui via Air France, il n'y en aura que 110.000. Dans le détail, 17.000 passagers sont touchés par les annulations de vol et 3.000 par des réductions de capacité. Car les avions ne partiront pas tous plein, faute de personnel : sécurité oblige, il faut au moins un PNC pour 50 passagers.

Les moyen-courriers assez touchés jeudi 

Cela ne devrait pas s'arranger dans les jours à venir : on estime que, sur les 13.000 hôtesses et stewards d'Air France, il y en a actuellement 3.000 en escale, à l'étranger. Ceux-ci ne peuvent pas faire grève, ils doivent attendre d'être rentrés sur le sol français. Ce qui risque de se produire, c'est que les vols vont atterrir en France mais ne pourront plus redécoller, faute de personnel. Pour jeudi, la direction annonce que 94% des vols longs courrier seront assurés. Les vols intérieurs, eux, seront assurés à 80% et à 70% pour les moyen-courriers. 

"Je suis tout à fait attristé par cette grève que je trouve regrettable" , a estimé ce mercredi, au micro de France Info, Jean-Marc Janaillac le PDG d'Air France-KLM.  La grève "prend en otage nos clients à un moment de l'année particulièrement important pour eux, celui des vacances familiales et ce, alors qu'il n'y aucune urgence à le faire puisque le différend avec la direction d'Air France porte sur un accord qui débutera le 1er novembre prochain" , a assuré Jean-Marc Janaillac qui déplore "une perte de confiance entre le management et certaines catégorie de personnel".

"Je suis tout à fait attristé par cette grève" Jean-Marc Janaillac, PDG du groupe Air France-KLM
écouter

Le nouveau président du groupe, arrivé le 4 juillet dernier, promet "de consacrer toute (son) énergie dans les prochaines semaines et les prochains mois à rétablir cette confiance sans laquelle rien n'est possible" . Une démarche qu'il souhaite fonder "sur l'écoute, le dialogue et une volonté d'entraîner l'ensemble des personnels dans le projet" . Selon lui, cette grève ne peut "que compliquer la démarche" .

A LIRE AUSSI ►►► Air France : la grève touchera davantage les courts et moyens courriers mercredi

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.