A la campagne, les trajets sont cinq fois plus longs en transports en commun qu'en voiture

Sur 120 itinéraires tirés au sort en France, en Allemagne et en Espagne, c'est dans l'Hexagone que la situation en zone rurale se révèle la plus compliquée, notamment sur les courtes distances. 

Selon une étude de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) publiée le 7 août 2019, en zone rurale, les trajets sont cinq fois plus longs en transports en commun qu\'en voiture.  
Selon une étude de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) publiée le 7 août 2019, en zone rurale, les trajets sont cinq fois plus longs en transports en commun qu'en voiture.   (KLAUS OHLENSCHLGER / PICTURE ALLIANCE / AFP)

L'information ne surprendra pas les habitants des zones rurales françaises, mais elle a le mérite de comparer leur situation à celle d'autres pays européens. Selon une étude de l’Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST) dévoilée mercredi 7 août par Le Figarola dépendance à la voiture apparaît particulièrement forte à la campagne, faute de transports en commun suffisamment performants.

Quelque 120 itinéraires tirés au sort dans trois pays – la France, l'Allemagne et l'Espagne – ont été analysés, montrant que les difficultés sont plus fortes dans l'Hexagone que chez nos voisins. "En zone rurale, la faiblesse de l’offre de transport en commun amène à un état de dépendance automobile quasiment total", constate Alain Sauvant, le directeur de l’AQST, dans le quotidien. 

Des temps de correspondance trop longs

L'étude de l'AQST montre que les difficultés à se déplacer en transports en commun sont d'autant plus fortes sur les courtes distances. Pour rejoindre une ville située dans un rayon de 50 km, la durée moyenne des déplacements est de 198 minutes en France, contre 130 minutes en Espagne et 126 en Allemagne. 

En cause, selon l'étude, des temps de correspondance particulièrement importants en France, comparés à ses voisins : "en moyenne 112 mn en France contre 95 mn en Espagne et 79 mn en Allemagne", auxquels s'ajoute "la faible fréquence par jour des trajets (3 en moyenne en France contre 5 en Espagne et 10 en Allemagne)".

Développer une "culture du dialogue"

“On a regardé le temps du trajet d’une commune à l’autre distantes de moins de 50 kilomètres. Sur une cinquantaine de kilomètres, soit une petite heure en voiture, le temps de trajet est significativement plus long en France qu’en Allemagne parce que le temps de correspondance est bien plus long", confirme Alain Sauvant à franceinfo. Et il donne un exemple : "En Bourgogne-Franche-Comté, pour aller de Saint-Germain-du-Bois à Pont-de-Poitte, distants de 46 kilomètres, il faut 46 minutes en voiture. Mais si l'on choisit de prendre les transports en commun, cela peut prendre deux heures, avec deux heures d’attente pour la correspondance". 

En conséquence, les temps de trajets en zone rurale en France sont 5,3 fois plus longs en transports en commun qu’en voiture, conclut l'étude. Soit quasiment le double par rapport aux deux autres pays voisins. Seule consolation, le prix. Sur une distance de 50 km, les Français paient environ 14,80 euros, contre 39,50 euros en Allemagne et 24,30 euros en Espagne.

Pour Alain Sauvant, le point le plus facile - et le moins coûteux- à améliorer porte sur les correspondances. "En Allemagne, ils ont davantage une culture de dialogue pour harmoniser les horaires entre les différents transporteurs, ou entre différentes liaisons. Ce sont des bonnes pratiques qu’il faudrait développer en France", déclare-t-il à franceinfo. Mais il souligne aussi que dans un pays moins dense que l'Allemagne, "une partie des solutions passe aussi par les nouvelles mobilités partagées, comme le covoiturage".