Normandie : l’absence des Américains pèse lourd sur les professionnels du tourisme

En Normandie, comme partout en France, il n’y aura aucun touriste américain. Aux États-Unis, l’épidémie est hors de contrôle. Pour les professionnels du tourisme, c’est un coup dur.

En Normandie, sur le célèbre secteur d’Omaha, séjourne habituellement une clientèle à 80% étrangère, dont la majorité est originaire des États-Unis. Les ressortissants américains brillent par leur absence depuis le début de la crise du coronavirus. Un établissement quatre étoiles fait face à une perte de 70% du chiffre d’affaires. "Les annulations se sont senties au fur et à mesure de l’avancement de la crise (…), notamment au restaurant où on accueille un croisiériste qui nous envoie 20 000 Américains par an (…) On ne les reverra certainement que l’année prochaine", regrette le directeur-adjoint de l’Hôtel Mercure Omaha Beach, Alexandre Leonard.

Des sociétés tentent de remonter la pente

De son côté, Alain Chesnel tente tant bien que mal de remonter la pente. Dans son camp de base, à Vaucelles, dans le Calvados, ses véhicules d’excursions habituellement réservés par ses clients américains sont à l’arrêt depuis mars. Bilan de l’opération : zéro rentrée d’argent, 16 salariés au chômage. C’est une première pour cette société implantée en Normandie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jusqu\'à sa fermeture à l\'été 2016, la fausse ambassade américaine au Ghana avait pignon sur rue dans un bâtiment rose, au-dessus duquel flottait un drapeau américain.
Jusqu'à sa fermeture à l'été 2016, la fausse ambassade américaine au Ghana avait pignon sur rue dans un bâtiment rose, au-dessus duquel flottait un drapeau américain. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)