Le GR340 à Belle-Île, GR préféré des Français, c'est "la montagne à la mer", selon la Fédération française de la randonnée pédestre 

Pour Brigitte Soulary, la présidente de la Fédération française de la randonnée pédestre ce prix a un impact très positif sur l'ensemble des GR de France.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La pointe des poulains sur le chemin du GR340. (FR?D?RIC DUCHESNAY / MAXPPP)

Le GR340 à Belle-Île, c'est "la montagne à la mer", a affirmé jeudi 18 novembre sur franceinfo Brigitte Soulary, présidente de la Fédération française de la randonnée pédestre, alors que le GR340, qui fait le tour de Belle-Île, dans le Morbihan, a été élu GR préféré des Français 2022. Le concours national a été organisé du 28 octobre au 17 novembre par la Fédération française de randonnée. Ce prix "a des retombées économiques" précise Brigitte Soulary qui note un engouement "durable" pour la randonnée en France, qui s'est "renforcé" ces deux dernières années.

franceinfo : A quoi ressemble le GR340 et pourquoi est-il le GR préféré cette année ?

Brigitte Soulary : Il est à la fois littoral, puisque il est en bord de mer sur toute sa longueur, mais il est aussi avec pas mal de dénivelés puisqu'en tout il y a 2 800 mètres de dénivelés. Donc on pourrait dire que c'est un chemin qui est sur une île, et qui est la montagne à la mer. Quand il y a un dénivelé, il faut quand même avoir une condition physique correcte. Mais si on monte lentement et à son rythme, il n'y a aucun danger à monter une côte. Il ne faut pas vouloir la monter trop vite, où là, on ne respecte ni son rythme cardiaque, ni son rythme respiratoire, auquel cas on peut se mettre en danger. Mais dans la mesure où vous montez lentement et à votre rythme, tout le monde peut monter une côte avec plus ou moins facilité selon les personnes, et selon l'entraînement. Tout le monde peut pratiquer ces chemins et on peut les faire en famille.

Est-ce que ce prix a des retombées à tout le territoire français ?

Il a des retombées, y compris pour ceux qui n'ont pas gagné. Nous mettons en concours huit GR qui sont répartis dans toute la France. Et comme vous le savez, la France est un très beau territoire, à la fois pour la randonnée, mais aussi pour le tourisme. Et il y a une grande mobilisation des gens pour voter. Les offices de tourisme font de la promotion pour encourager les personnes vivant dans leur territoire de voter pour leur GR. Et aujourd'hui, quand on a annoncé les résultats, les personnes de la Côte-d'Or et les personnes de l'Orne, qui étaient avant dernier et dernier, ont dit que cela leur avait fait aussi de la promotion, même si elles n'ont pas gagné. La promotion se fait au travers des randonneurs, au travers de nos équipes qui entretiennent, qui balisent et qui créent ces chemins et qui en assurent la sécurité, mais aussi par toutes les structures touristiques et d'hébergement. Donc il y a des retombées économiques.

Cet engouement pour la randonnée est-il durable ?

Oui, il est durable. Il faut savoir qu'à la fédération, nous avons des clubs avec des licenciés. Nous avons 240 000 licenciés. Mais on estime à 15 millions le nombre de personnes qui déclarent randonner au moins une fois par an en France. Ce sont des gens qui redonnent pendant leurs vacances, en famille, entre amis. L'engouement de ces deux dernières années, puisqu'on n'a pas pu quitter la France, s'est renforcé. Mais cela existait déjà auparavant. Et il y a des endroits où il y a plus de monde qu'ailleurs. Mais partout, on a des magnifiques promenades à faire, plus ou moins courtes, en boucle ou en itinérance.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tourisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.