La saison 2022 dans les campings "commence sous les meilleurs auspices avec 25% de réservation en plus qu'en 2019"

"Les réservations sont au rendez-vous, l'été va être normal, voire même meilleur", se réjouit sur franceinfo Nicolas Dayot, le président de la Fédération nationale de l’hôtellerie en plein air.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des vacanciers à la mer au lac du Causse en Corrèze, le 18 mai 2022. (ST?PHANIE PARA / MAXPPP)

La saison 2022 dans les campings "commence sous les meilleurs auspices", a indiqué mardi 24 mai sur franceinfo Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie en plein air (FNHPA), à la veille du week-end prolongé de l'Ascension. Sur l'année, "on a 25% de réservation en plus qu'en 2019 à la même époque", précise Nicolas Dayot. Pour le week-end de l'Ascension, "tout le monde s'est jeté dessus", explique le président de la FNHPA. "Tous les hébergements locatifs, les mobil home, les chalets, les roulottes des campings français seront sans doute complets dans les tous prochains jours. Il reste quelques disponibilités qui vont se combler en dernière minute."

En ce qui concerne la saison estivale, "les réservations sont au rendez-vous, l'été va être normal, voire même meilleur", souligne Nicolas Dayot. Au final, l'année sera "meilleure que la normale". Les mois les plus en hausse sont "les mois de septembre, d'avril et de mai, ce qui permettra d'étaler la saison". Selon lui, cela "laisse augurer sans doute une saison 2022 la plus belle que l'on n'est jamais faite dans les camping français."

Les Français vont globalement privilégier "le littoral" comme destination première. Mais Nicolas Dayot constate que "les départements verts de l'intérieur ont des niveaux de réservation très importants, notamment sur l'écotourisme". À l'occasion du week-end de l'Ascension, "l'ensemble des départements français vont bien tirer leur épingle du jeu à l'occasion de l'Ascension."

Des pénuries de main d'œuvre

Le président de la FNHPA alerte par ailleurs sur "des pénuries de main d'œuvre" dans les établissements. "Sept campings sur dix nous disent être encore en recherche de salariés, explique-t-il. Sur les 40 000 saisonniers que l'on embauche chaque année dans les campagnes français, il nous en manque 4 000, c'est-à-dire 10%".

Nicolas Dayot précise que "deux segments" sont en difficultés. Cela concerne "l'hôtellerie restauration, les emplois de serveurs et de cuisiniers, mais également l'entretien en général, l'entretien des hébergements, l'entretien des bâtiments. Sur ces deux postes, en particulier, on a de vraies difficultés d'embauche cette année". Lors des vacances de Pâques, "des campings n'ont pas pu louer la totalité de leurs hébergements, faute de personnel", ajoute Nicolas Dayot.

Il n'est pas question pour les établissements de plein air "de détériorer la prestation que nous proposons à nos clients". Il n'espère pas "vivre ce type de situation" cet été. Mais il reste optimiste. "On pense que d'ici là, le manque sera comblé."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tourisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.