Covid-19 : l’Inde en passe de rouvrir ses frontières

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Covid-19 : l’Inde en passe de rouvrir ses frontières
France 2
Article rédigé par
A. Forget - France 2
France Télévisions

Après un an et demi de suspension des visas de tourisme pour cause de Covid-19, l’Inde devrait rouvrir ses frontières dès le 15 octobre.

En Inde, le secteur touristique attend les visiteurs étrangers avec une immense impatience. Depuis un an et demi, le célèbre Taj Mahal, les plages de Goa ou les palais du Rajasthan n’ont pas vu un seul touriste étranger. Pour les professionnels du secteur, c’est catastrophique, ils sont au bord de l’asphyxie. En temps normal, l’Inde accueille 11 millions de visiteurs par an. Ils contribuent à 10% de la richesse du pays. L’annonce de l’ouverture des frontières à partir du 15 octobre est donc accueillie avec beaucoup de soulagement.

Les premiers visas gratuits

L’Inde ne pouvait pas se permettre de rater une nouvelle saison touristique. Pour l'occasion, les 500 000 premiers visas seront gratuits. Si cette décision a été prise, c’est aussi parce que l’épidémie de Covid-19 ralentie après la violente vague qui a frappé le pays en avril dernier. Le nombre de contaminations est au plus bas.

A. Forget

En Inde, le secteur touristique attend les visiteurs étrangers avec une immense impatience. Depuis un an et demi, le célèbre Taj Mahal, les plages de Goa ou les palais du Rajasthan n’ont pas vu un seul touriste étranger. Pour les professionnels du secteur, c’est catastrophique, ils sont au bord de l’asphyxie. En temps normal, l’Inde accueille 11 millions de visiteurs par an. Ils contribuent à 10% de la richesse du pays. L’annonce de l’ouverture des frontières à partir du 15 octobre est donc accueillie avec beaucoup de soulagement.

Les premiers visas gratuits

L’Inde ne pouvait pas se permettre de rater une nouvelle saison touristique. Pour l'occasion, les 500 000 premiers visas seront gratuits. Si cette décision a été prise, c’est aussi parce que l’épidémie de Covid-19 ralentie après la violente vague qui a frappé le pays en avril dernier. Le nombre de contaminations est au plus bas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.