Covid-19 : le classement des pays par couleur est "un pas, mais très loin de suffire", estime Voyageurs du Monde

Le PDG de la société de voyage analyse le classement réalisé par les autorités françaises des pays du monde entier, selon l'intensité de l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des touristes à Venise, le 3 juin 2021. (ANDREA PATTARO / AFP)

"Cela va dans le bon sens", a commenté le PDG du groupe Voyageurs du monde Jean-François Rial, vendredi 4 juin sur franceinfo, après le classement par le gouvernement français des pays du monde par couleur (vert, orange, rouge), en fonction de la circulation du Covid-19. Cette grille indique qui peut venir en France à partir du 9 juin et sous quelles conditions, mais aussi quelles règles s'imposent aux Français qui souhaitent partir à l'étranger.

franceinfo : Ce classement annonce le retour du tourisme international. Est-ce un soulagement pour vous ?

Jean-François RialC'est un pas. Cela fait 14-15 mois qu'on n'a pratiquement pas d'activité. C'est très loin de suffire puisqu'on a à la fois deux problèmes. D'abord, on a pas mal de pays qui sont fermés, on a des pays qui ne veulent pas venir en France et on a des pays dans lesquels on ne peut pas aller, en particulier en Amérique latine et en Asie. Je pense que les États-Unis, ça devrait se régler dans les semaines qui viennent assez rapidement. Et puis on a un deuxième problème, c'est que tout le monde n'est pas vacciné. Même pour les pays ouverts, on est encore à un niveau de vaccination qui est partiel. Mais je dirais que ça va dans le bon sens.

Pensez-vous que l'ouverture à l'international présente un risque sanitaire de reprise épidémique ?

Le fait d'ouvrir à l'international n'est pas un problème sanitaire. Ce tourisme international passe par les aéroports. En passant par les aéroports, vous avez des contrôles, des tests PCR avant d'embarquer, la vaccination maintenant, voire des tests à l'arrivée, voire une quarantaine. Donc en fait, c'est très facile de contrôler les entrées et les sorties dans les aéroports, alors qu'au contraire sur les frontières terrestres de l'Union européenne, c'est quasiment impossible. Moi, je n'ai jamais beaucoup cru à cette histoire de contrôler l'épidémie en contrôlant les frontières aéroportuaires, je pense que c'est exactement l'inverse. Je ne crois pas que l'ouverture des frontières internationales, à partir du moment où vous avez des règles intelligentes qui sont mises en place dans les aéroports, pose des problèmes sanitaires. Au contraire.

Les réservations vers la France ont-elles déjà commencé à augmenter ?

Les réservations vers la France augmentent fortement, mais évidemment, pas de tous les pays du monde. Il y a une augmentation depuis trois ou quatre semaines assez forte des réservations internationales vers la France, assez peu vers Paris et les grandes villes, parce qu'elles ne sont pas des destinations d'été et ne sont pas non plus des destinations d'affaires. Donc les grandes villes, en particulier Paris, continuent à fortement souffrir. Dans l'autre sens, les Français commencent à réserver de façon assez importante leurs voyages à l'étranger en se concentrant sur les destinations dites autorisées. Les destinations européennes, par exemple la Grèce, l'Italie, le Portugal, la France, seront les tubes de l'été, c'est très clair. D'ailleurs, j'encourage ceux qui veulent voyager à réserver assez vite, parce que la demande est très très très forte sur ces zones.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tourisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.