La croissance française reste nulle au 2e trimestre, selon l'Insee

Après une stagnation au premier trimestre, la France a vu son produit intérieur brut (PIB) stagner deuxième.

François Hollande, le 24 juillet 2014, à l\'Elysée. 
François Hollande, le 24 juillet 2014, à l'Elysée.  ( MAXPPP)

Le chiffre était très attendu au sommet de l'Etat, et sans grande surprise, il est mauvais. Après une stagnation au premier trimestre, la croissance française a de nouveau été nulle (0%) au deuxième trimestre 2014, selon la dernière note de l'Insee publiée jeudi 14 août.

Cette croissance zéro au printemps s'explique en particulier par un nouveau recul de l'investissement des entreprises (-0,8% par rapport au premier trimestre) et par une contribution négative du commerce extérieur, qui a coûté 0,1 point de PIB sur la période. Seule la consommation des ménages (+0,5%) et la dépense publique (+0,5%) ont soutenu l'activité.

Le gouvernement abaisse ses prévisions pour 2014 et 2015

Conséquence directe : alors qu'il tablait sur une croissance à 1% en 2014 et à 1,7% en 2015, le gouvernement s'attend désormais à une faible progression de 0,5% en 2014, et guère plus de 1% en 2015"Mieux vaut assumer ce qui est plutôt que d'espérer ce qui ne sera pas", justifie le ministre des Finances, Michel Sapin, en reconnaissant implicitement que la France ne parviendra pas à ramener le déficit sous la barre des 3% à la fin 2015 comme promis initialement à Bruxelles.

"L'Europe doit agir fermement, clairement, en adaptant profondément ses décisions à la situation particulière et exceptionnelle que connaît notre continent. La France pèsera en ce sens", insiste Michel Sapin, dans une tribune publiée dans Le Monde.