Cet article date de plus de neuf ans.

Bruxelles baisse les prévisions de croissance de la France : qu'est-ce que cela change ?

La Commission européenne table désormais sur une croissance de 0 à 0,1% en 2013 pour la France. François Beaudonnet, le correspondant de France 2 à Bruxelles, analyse les conséquences de cette rectification.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Commission européenne doit présenter vendredi 22 février 2013 ses prévisions de croissance en Europe. ( MAXPPP)

La Commission européenne, qui doit présenter vendredi 22 février ses prévisions de croissance en Europe, table pour ce qui concerne la France sur une croissance de 0 à 0,1% en 2013 et un déficit aux alentours de 3,6% du Produit intérieur brut (PIB). François Hollande a confirmé mardi que la France n'atteindrait pas son objectif de 0,8% de croissance en 2013, et indiqué qu'une nouvelle prévision de croissance serait établie "fin mars avec le Haut conseil aux Finances publiques". Faut-il s'inquièter de ces nouveaux chiffres de la Commission européenne ? La France risque-t-elle une sanction ? Voici l'analyse de François Beaudonnet, le correspondant de France 2 à Bruxelles.  

Pourquoi ces chiffres sont-ils importants ?

D'abord parce qu'en matière budgétaire, la Commission européenne a de vrais nouveaux pouvoirs : elle peut exiger d'un Etat qu'il revoie sa copie avant même que le budget passe devant son parlement national. D'ailleurs, un accord politique a été trouvé mercredi à Bruxelles sur ce point précis (ensemble de nouvelles dispositions baptisées "two pack").
 
Ensuite, parce que si les prévisions gouvernementales relèvent la plupart du temps de la méthode Coué (elles sont d'ailleurs systématiquement revues à la baisse), celles de la Commission européenne - qui concernent tous les Etats de la zone euro - sont plus neutres et donc souvent plus justes.

Ces chiffres sont-ils catastrophiques ?

Non, ils sont mauvais mais pas dramatiques. Ils le seraient si la prévision de déficit frôlait les 4%. En fait, en révisant à la baisse ses prévisions de novembre dernier, la Commission européenne intégre logiquement la contre-performance de l'économie française au quatrième trimestre de 2012. Bien sûr, il serait néanmoins plus présentable pour la France et plus acceptable par Bruxelles et nos partenaires européens d'afficher un déficit de 3,5 % maximum.

La France sera-t-elle sanctionnée par Bruxelles ?

Non, en tout cas pas tout de suite. La Commission européenne estime que la France fait des "efforts", qu'elle est sur "la bonne voie" même si elle préfèrerait qu'elle fasse plus d'économies et qu'elle mise dorénavant moins sur le volet recettes. Paris devrait donc bénéficier d'un délai, d'autant que l'Allemagne - qui connaît elle aussi un "trou de croissance" - ne sera pas en position de force pour exiger des sanctions.

La France devra-t-elle effectuer un nouveau "tour de vis"?

Oui, car il va manquer au moins 8 milliards d'euros dans son budget l'an prochain. Vendredi, tout en soulignant la trajectoire positive des finances publiques de la France (comme l'analyse également l'agence de notation Standard & Poor's), le commissaire européen Olli Rehn devrait recommander à Paris de faire plus d'économies, de ne pas accentuer la pression fiscale pour "ne pas ajouter de la récession à la récession" et éviter ainsi de casser un éventuel redémarrage de notre économie début 2014. Il devrait aussi encourager l'accélération de réformes strucurelles (marché de l'emploi etc...).
 
Si Bruxelles devrait se montrer compréhensif pour 2013, ses exigences de réduction de déficit pour 2014 devraient en revanche être supérieures. C'est la contre-partie du délai que la Commission européenne s'apprête à accorder à Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tendances

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.