VIDEO. Le fils d'un ancien salarié qui s'est suicidé revient sur "l'horreur de ce qu'il s'est passé à France Télécom"

Pour la première fois, un grand groupe français, France Télécom devenu Orange en 2013, est jugé pour harcèlement moral à grande échelle à partir de lundi au tribunal correctionnel de Paris.

Depuis huit ans, il se bat pour que les dirigeants de France Télécom soient jugés. France 2 a recueilli le témoignage de Raphaël. En avril 2011, son père s'est suicidé en s'immolant par le feu devant son lieu de travail : France Télécom. Alors que le procès des ex-dirigeants, dont l'ancien patron Didier Lombard, démarre lundi 6 mai devant le tribunal correctionnel de Paris, il revient sur l'histoire de son père.

"Il y a un courrier deux ans avant [son suicide] qui dit clairement que la situation c'est le fait d'une chose : c'est la politique managériale qui est menée à France Télécom. Et que si ca continue comme ça, la seule conclusion logique, la seule possibilité qui reste aux personnes qui sont dans cette situation-là, c'est de se suicider. Ce courrier n'a jamais eu de réponse", raconte Raphaël. 

Deux ans de prison encourus

Le procès est prévu pour durer près de deux mois. Didier Lombard, l'ex-DRH Olivier Barberot, l'ancien président d'Orange France Louis-Pierre Wenes et les quatre autres ex-dirigeants jugés encourent deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. Une peine insuffisante pour Raphaël : "Les peines encourues sont ridicules face à l'horreur de ce qu'il s'est passé à France Télécom."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le fils d\'un ancien salarié de France Télécom qui s\'est suicidé en 2011 témoigne auprès de France 2, le 6 mai 2019.
Le fils d'un ancien salarié de France Télécom qui s'est suicidé en 2011 témoigne auprès de France 2, le 6 mai 2019. (FRANCE 2)