Rachat de Bouygues Telecom : "une décision stratégique particulièrement difficile"

Ce mardi 23 juin au soir, le conseil d'administration de Bouygues Telecom est réuni pour savoir si la filiale va accepter l'offre de SFR-Numericable. Salariés et pouvoirs publics sont inquiets.

France 2

 

Patrick Drahi a été reçu au ministère des Finances ce mardi 23 juin, pour rencontrer Emmanuel Macron et évoquer son offre de 10 milliards d'euros pour racheter Bouygues Telecom.

Au même moment, le conseil d'administration de l'opérateur est réuni pour dire "oui" ou "non" à cette proposition. Le verdict n'est pas encore tombé. "Ce qui est sûr, c'est que c'est une décision stratégique particulièrement difficile", explique Sophie Brunn, en direct du siège de Bouygues Telecom.

Un secteur très régulé

Le prix mis sur la table est certes très attractif, largement au-delà des précédentes offres. "Mais l'argent ne sera pas le seul critère, il y a aussi une dimension quasi affective pour Martin Bouygues. C'est lui-même qui avait créé cette filiale télécom en 1994", ajoute la journaliste de France 2. Il y a quelques mois, ce dernier assurait que cette filiale pouvait tout à fait rester indépendante.

Par ailleurs, il s'agit de deux entreprises privées. L'État ne peut donc pas empêcher ce mariage. Cela dit, Emmanuel Macron espère poser des conditions, car le secteur des télécoms en France est très régulé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bâtiment de l\'opérateur Bouygues Telecom à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 14 juillet 2012.
Un bâtiment de l'opérateur Bouygues Telecom à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le 14 juillet 2012. (LOIC VENANCE / AFP)