Temps de travail des agents de Marseille : "Il faut cesser cette cogestion avec les syndicats"

Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime mercredi sur France Bleu Provence qu'il faut modifier l'habitude des agents municipaux de Marseille.

Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime qu\'il faut modifier l\'habitude des agents municipaux de Marseille.
Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime qu'il faut modifier l'habitude des agents municipaux de Marseille. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le délégué général du mouvement de La République en marche, Christophe Castaner, ancienne tête de liste PS pour les régionales en PACA en 2015, a regretté "une habitude de cogestion du personnel municipal depuis de longues années" à Marseille, mercredi 4 juillet sur France Bleu Provence, au sujet des abus liés au temps de travail des agents de la mairie.

Il réagit à l'audition de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, entendu mardi par le parquet national financier dans le cadre d'une enquête pour "faux, usage de faux, recel et détournement de fonds publics" en cours depuis janvier 2017. Lancée à la suite de révélations du Canard enchaîné et du journal local Marsactu sur le Samu social de la mairie, dans lequel un système de faux pointage permettait aux agents de ne travailler qu'une semaine sur deux, cette enquête examine depuis les arrangements en cours dans l'ensemble des services de la mairie.

On sait bien qu'à Marseille, il y a une habitude de cogestion du personnel municipal depuis de longues années.Christophe Castaner

"On sait bien que ces questions de rapport au temps de travail, de fini-parti reviennent régulièrement, c'est-à-dire à chaque élection municipale", a déploré Christophe Castaner "et au fond personne n'a jamais vraiment osé les prendre de front, les assumer et cesser peut-être cette cogestion qui peut exister avec les syndicats notamment. Il faut oser affronter ces questions, c'est ce que nous faisons au gouvernement, nous l'avons fait avec la réforme de la SNCF."

"J'ai le souvenir qu'à la dernière campagne électorale, [cette question de cogestion du personnel] avait été un sujet de débat", a ajouté le délégué général de La République en marche. "Peut-être que c'est une montagne qui apparaît trop haute pour la surmonter. Il faut savoir le faire quand on est un gestionnaire politique et nous le faisons au niveau du gouvernement. Nous devons aussi le faire au niveau des collectivités locales. C'est ce que je demanderai aux candidats de La République en marche aux prochaines élections municipales à Marseille, à Aix-en-Provence, comme ailleurs."