Cet article date de plus de trois ans.

"Je suis redevenu libre" : Jean-Claude Mailly quitte Force ouvrière (et règle ses comptes)

Après avoir dirigé le syndicat pendant quatorze ans, le patron de FO a laissé les commandes à Pascal Pavageau, vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Claude Mailly, le 9 février 2018, à l'hôtel Matignon, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Son nom, sa voix et son visage vont rapidement devenir familiers. Pascal Pavageau a été élu secrétaire général de Force ouvrière, vendredi 27 avril, à l’issue du congrès de l’organisation syndicale à Lille (Nord). Une victoire sans surprise puisqu'il était le seul candidat en lice. Cet ingénieur de l'État a recueilli 5 841 voix sur 6 032 voix, soit un score de 96,8%. 

Pascal Pavageau remplace donc Jean-Claude Mailly, qui quitte le syndicat après l'avoir dirigé pendant quatorze ans. Cet Orléanais de 49 ans assure que prendre la tête du troisième syndicat français, il n'y pense pas "tous les matins". Mais il s'y est tout de même préparé de longue date : il a en effet annoncé dès 2011 son intention de se porter candidat. 

"Je suis redevenu libre"

Militant FO depuis près de trente ans, Pascal Pavageau a du pain sur la planche. Il va devoir rassembler les troupes d'un syndicat quelque peu déstabilisé par les récentes prises de position de Jean-Claude Mailly, notamment sur les ordonnances du Code du travail. Le départ de ce dernier s'est d'ailleurs fait par la petite porte, tant le bilan des dernières années de son mandat est contesté.

Chahuté pendant le congrès du syndicat, il a d'ailleurs brillé par son absence lors du vote, vendredi 27 avril. Il ne s'est pourtant pas privé de répondre à son successeur, quelques minutes plus tard. Dans un tweet, l'ancien leader syndical a dénoncé "l'hypocrisie" et la "duplicité" du discours de son ancien compagnon de lutte. "Je suis redevenu libre", lâche-t-il aussi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syndicats

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.