École : la loi Blanquer fait douter

Près d'un quart des professeurs en maternelle et en primaire sont en grève mardi 19 mars. Ces enseignants dénoncent, entre autres, l'absence de moyens.

FRANCE 3

Dans la commune des Fourgs (Doubs), qui compte 1 300 habitants, on craint que le directeur de l'école ne s'en aille à la rentrée prochaine. En effet, la loi Blanquer va permettre de regrouper plusieurs écoles avec le collège du secteur. "Le principal va devoir gérer son collège, et cinq, six, sept écoles. Donc peut-être 1 000, 2 000, 3 000 élèves", déplore Odile Gaudinot, enseignante.

Parents et enseignants inquiets

Le collège se trouve à dix kilomètres de l'école, ce qui inquiète les parents. "Je n'ai pas de voiture, je dois aller voir le directeur parce que mon enfant a un souci. Je ne sais pas comment je fais", s'inquiète Aurélie Baudouin, déléguée de parents d'élèves. Une situation dénoncée par les syndicats d'enseignants : "Il y a une volonté de réduire la voilure, de fermer certaines écoles rurales et finalement de faire des économies d'échelle",  estime Gwenaël Le Paih, secrétaire général SNES-FSU Bretagne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des parents déposent leurs enfants à l\'école, en septembre 2017. (Illustration). 
Des parents déposent leurs enfants à l'école, en septembre 2017. (Illustration).  (LOIC VENANCE / AFP)