Cet article date de plus de treize ans.

Soldes: début difficile malgré de forts rabais

Les magasins de prêt-à-porter ont fait état d'un début de soldes "pas très bon" malgré des ristournes inédites
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 
Les magasins de prêt-à-porter ont fait état d'un début de soldes "pas très bon" malgré des ristournes inéditesLes magasins de prêt-à-porter ont fait état d'un début de soldes "pas très bon" malgré des ristournes inédites

Cette contre-performance a été mise sur le dos de la crise et de la mise en place de soldes "flottants". Sur Internet, le succès escompté n'a pas été au rendez-vous. Pourtant, les commerçants n'ont pas hésité à brader les produits en moyenne à -50% dès le premier jour.

Les soldes ont démarré le 24 juin et devraient se terminer le 28 juillet.

Les clients ne se sont pas bousculés autant que souhaité, ont indiqué la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH, chaînes de prêt à porter), la Fédération Nationale de l'Habillement (FNH, indépendants) et le Conseil national des centres commerciaux.

"Le chiffre d'affaires de la première journée est stable par rapport à l'année dernière. Ce n'est pas très bon", a commenté Jean-Marc Génis, président de la FEH.

Certains magasins indépendants ont relativement "bien commencé" à Paris mais en province les ventes n'ont pas été bonnes, a de son côté déclaré Charles Melcer, président de la FNH.

Mise en cause des "soldes flottants"


La mise en place des "soldes flottants", qui permettent aux commerçants de choisir deux semaines supplémentaires de soldes, en plus des deux périodes fixes de cinq semaines, est pointée par les fédérations. "Les soldes ne sont plus une fête de la consommation", a regretté M. Génis.

Les grands magasins affectés


Dans les grands magasins aussi, cible d'une clientèle aisée, les ventes sont en berne malgré une forte fréquentation.

Pierre Pellarey, directeur général du Printemps boulevard Haussmann à Paris, a relevé mercredi soir "une sensibilité par rapport aux prix", une légère baisse du panier moyen et "des achats un petit peu plus raisonnables par rapport à d'habitude", dans une interview sur i-Télé.

Internet : une hausse moins importante que prévue


Sur internet, les ventes se sont inscrites en hausse de 10% par rapport au premier jour des soldes l'été dernier, mais moins que prévu par les professionnels, selon ebuyclub.com, une plateforme regroupant les 600 principaux e-marchands.

"Les soldes étaient très attendus par notre communauté, mais le contexte économique a modifié le comportement d'achat, aujourd'hui moins impulsif", a relevé Gilles Nectoux, président de ebuyclub.

Les sites de prêt-à-porter, de produits cosmétiques et de réservations de vacances ont été les plus consultés, alors que ceux commercialisant des articles high-tech et les vendeurs historiques par correspondance (La Redoute, 3 Suisses, Quelle) ont vu la fréquentation baisser par rapport à 2008, de 12% pour les premiers et de 23% pour les seconds.

Lire aussi : Notre dossier : "Soldes d'été : top départ !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.